Télévision / Reportages

Partager
«9 mois pour la vie»: Une aventure incroyable (début)
© Explora

«9 mois pour la vie»: Une aventure incroyable (début)

Mercredi 11 octobre 22 h, Explora

Par Alexe-Sandra Daigneault / TV Hebdo - 2017-09-27 11:32:53

Entre le moment de la conception d’un enfant et sa naissance, il s’écoule à peine 280 jours, pendant lesquels des milliards de cellules s’activent afin de créer un être humain prêt à affronter le monde. Chacune de ces journées s’avère donc cruciale, comme on le découvre dans 9 mois pour la vie.



Il suffit de se pencher sur le processus de gestation d’un petit être humain pour comprendre ce qu’on veut dire lorsqu’on parle de «miracle de la vie». Pendant neuf mois, les changements qui s’effectuent dans l’utérus s’avèrent en effet si nombreux et complexes qu’il suffit d’une erreur infinitésimale pour tout chambouler, transformant chaque naissance en véritable exploit biologique. En exposant les étapes du développement d’un fœtus en détail, la série documentaire 9 mois pour la vie nous permet de comprendre les mécanismes de ce petit prodige de la nature, tout en illustrant les conséquences de certaines erreurs génétiques.


C’est parti!

Dans le premier des trois épisodes de la série, on s’intéresse aux huit premières semaines suivant la conception, qui commence alors que l’ovule n’est encore qu’une grosse cellule unique. À la suite de sa rencontre avec le spermatozoïde, cette cellule se multiplie pour créer des milliards de cellules indépendantes, qui vont s’interconnecter en combinant l’ADN du père et de la mère dès le jour cinq.

Si ces connexions se font bien, on assiste alors à la création d’un organisme minuscule. Mais il suffit que quelques-unes d’entre elles échouent pour que se développent simultanément plusieurs groupes de cellules. C’est ce phénomène qui a permis la naissance des quadruplés Holly, Jessica, Ellie et Georgie, des fillettes d’Angleterre dont la maman n’avait qu’une chance sur deux milliards de mener sa grossesse à terme.


Un moment critique

C’est après la première semaine que la future mère peut savoir si elle attend un enfant, puisque c’est à ce moment que l’embryon s’attache à l’utérus — une opération qui échoue dans 70 % des cas.

Une fois bien installées, les cellules de l’organisme se spécialisent en 350 types différents, dont le développement rapide est activé par un gène de croissance provenant du père. Une mutation de ces cellules peut toutefois entraver le développement physique, comme l’a vécu la mannequin Mélanie Gaydos.

Le dédoublement d’un gène de croissance peut créer un enfant comme Nell, qui pesait 3,9 kilos lorsqu’elle est née… cinq semaines avant la date prévue.

Au cours de la troisième semaine, les cellules s’organisent pour prendre la position des organes internes, et certaines d’entre elles se courbent afin de former un cordon ombilical et une esquisse de cœur. Randy Foye, un joueur de basketball professionnel dont les organes sont placés à l’envers, fait partie des chanceux qui n’ont pas été affectés par la défectuosité de cette «distribution cellulaire», mais la fille de Hanna n’a pas eu la même chance. Avec son aorte trop étroite, bébé Amelia n’aurait pas pu survivre au monde extérieur sans une opération.


Des pieds et des mains

Contrairement à d’autres, les Da Silva de Brasilia sont fiers de leur mutation génétique, qui affecte 14 des 26 membres de la famille. Lors du 38e jour de leur existence, ils ont en effet produit un peu trop de protéine Sonic Hedgehog, ce qui leur a fait développer six doigts par main. Heureusement, cette protéine n’a pas affecté leurs pieds, leur oreille interne, leur réseau sanguin ou la position de leurs hanches, qui se développent environ au même moment.

Si tout se passe bien à cette étape, le fœtus peut profiter d’une petite pause, puisque ces changements marquent la fin de l’époque des grands bouleversements
cellulaires.

Au cours des 32 semaines suivantes, dont on découvre tous les détails dans les prochains épisodes de 9 mois pour la vie, il développera son identité avant de se préparer pour l’accouchement, ce qui lui demandera de surmonter de nouveaux défis de taille. Après tout ça, impossible de nier que la naissance représente la nature dans toute sa perfection… malgré tous ses petits défauts!