Télévision / Reportages

Partager
À la valdrague : Bienvenue en Acadie
La petite communauté de Saint-Prosper assiste au retour de Rita (Patricia Léger), qui revient y habiter presque malgré elle. Photo : Denis Duquette © Artv

À la valdrague : Bienvenue en Acadie

Du lundi 9 avril au jeudi 12 avril à 19 h et 19 h 30, Artv

Par Marie-Hélène Goulet/TV hebdo - 2018-03-29 21:17:57

En Acadie, l’expression partir «à la valdrague» signifie partir à la dérive, être en déclin. C’est ce qui arrive au petit village de Saint-Prosper, au Nouveau-Brunswick, quand Rita Melanson revient s’y installer sans s’annoncer. Vingt-trois ans après son départ inopiné, cette femme originale revitalisera les lieux grâce à sa vision unique de l’existence! 

Première série télé de la dramaturge et comédienne Patricia Léger, À la valdrague est une comédie entièrement tournée au Nouveau-Brunswick. Le personnage principal, Rita Melanson, est une globe-trotter rigolote, aussi sympathique que maladroite. «C’est une femme forte et grégaire, et une entrepreneure parfois désorganisée. Elle croit être une femme du monde parce qu’elle a voyagé, mais ce n’est pas vraiment le cas. Elle a tendance à emprunter toutes sortes d’éléments de diverses traditions spirituelles sans vraiment en connaître le sens. Elle utilise ces principes quand ça fait son affaire», souligne l’auteure, amusée. Patricia Léger incarne également Rita.

Un accident coûteux!

Après 23 ans d’absence, Rita est de retour à Saint-Prosper pour clore un épisode inachevé de son passé. Toutefois, alors qu’elle croit que cet arrêt n’est qu’une escale sur sa route vers l’Arizona, elle achète «accidentellement» — et au grand dam de plusieurs citoyens — l’église et le presbytère de la petite communauté en déclin. «Comme elle n’est pas riche, elle essaiera de rentabiliser cet achat en transformant la propriété en gîte», précise l’auteure. Ainsi, au fil des huit épisodes de 30 minutes, des touristes de partout visiteront l’établissement de son charmant patelin aux paysages de carte postale.

Pour réaliser son projet, Rita peut compter sur Yolande, son amie de toujours, interprétée par Marie-Jo Thério. Yolande aurait bien aimé voyager, tout comme sa copine, mais elle est devenue fermière malgré elle en épousant Edmour et en a quelque peu voulu à Rita de l’avoir abandonnée pen­dant tant d’années. Cependant, sa rancune cède vite la place au bonheur de retrouver sa vieille amie. Edmour, de son côté, est inquiet de la mauvaise influence que la «revenante» pourrait avoir sur sa femme.

Quant à Ferraille, un patenteux qui cumule les jobines, il est un allié précieux pour sa cousine Rita. Zoël, un jeune Québécois bohème, viendra aussi pimenter le quotidien de la nouvelle tenancière de gîte.

Une communauté colorée

Rita n’a pas que des amis à Saint-Prosper. Son ex-amoureux, Lomer, maire par intérim, est loin de l’accueillir à bras ouverts, d’autant plus que cet homme d’affaires assez riche aurait voulu mettre la main sur l’église et le presbytère afin d’agrandir son verger. Son assistante, Terri, une jeune athlète, l’influencera peut-être en faveur de Rita, mais Gilberte, la mère de la jeune femme, ne fait pas preuve de la même ouverture d’esprit. Elle est catastrophée de voir que l’ancien lieu de culte du village appartient désormais à une hippie! Cette intellectuelle un peu snobinarde et patriote tient à tout prix à ce qu’un centre culturel soit implanté dans l’église. Dans son dos, les gens la surnomment «Madame Acadie pour toujours».

La comédie À la valdrague a été tournée à Memramcook, village natal de Patricia Léger. Cette femme de théâtre, qui a longtemps travaillé dans l’Ouest, a choisi d’y revenir, contrairement à sa Rita, qui y reste coincée. Elle est contente que sa série puisse faire connaître aux autres Canadiens l’Acadie qu’elle adore. En plus des huit acteurs principaux acadiens, des vedettes québécoises viendront visiter le coin de pays de Rita dans la peau d’une ribambelle de personnages. Valérie Blais, Guy Jodoin, Manuel Tadros, Karine Gonthier-Hyndman et Joey Scarpellino — qui campera un surfeur italien — sont du nombre. «Par leur entremise, les téléspectateurs seront transportés en Acadie. Il y aura des malentendus et des chocs culturels, mais aussi de l’amour et de l’amitié», conclut Patricia Léger.