Télévision / Reportages

Partager
Chicago Fire: Caserne 51 | Quand la bonté ne suffit pas
N’écoutant que son bon cœur, Gabriela (Monica Raymund) se porte au secours d’une jeune fille en difficulté, mais découvre que la situation est plus compliquée que prévu. | Photo : TVA

Chicago Fire: Caserne 51 | Quand la bonté ne suffit pas

Lundi 20 mai à 20 h, TVA

Par Christine Fortier/TV hebdo - 2019-05-09 21:57:04

Gabriela offre son aide à Bria, l’adolescente qui a tenté de voler des antidouleurs dans une clinique. Même si Matthew sait qu’elle a de bonnes intentions, il lui reproche de se mêler de ce qui ne la regarde pas. De son côté, le chef Boden doit gérer une situation délicate impliquant son beau-frère.

 

 

 

Dans le dernier épisode, les pompiers du centre de secours 51 ont répondu à un appel concernant un incendie dans une clinique, et Gabriela y a surpris une adolescente en train de voler des antidouleurs. Avant d’être transportée à l’hôpital, la dénommée Bria Jamison a déclaré à l’ambulancière que les médicaments n’étaient pas pour elle. Cette semaine, on découvre qu’elle n’a pas menti. 

En effet, au début de l’épisode, Gabriela est à l’hôpital pour prendre des nouvelles de l’adolescente, qui souffre d’une légère commotion cérébrale. Sa visite lui permet aussi d’avoir la confirmation qu’aucune trace d’antidouleur n’a été trouvée dans le sang de Bria. 

En arrivant à la caserne, Gabriela discute de ce cas avec Kelly, qui suggère que l’intention de la jeune fille était peut-être de revendre les médicaments. L’ambulancière n’en a aucune idée; toutefois, en discutant avec les infirmières à l’hôpital, elle a appris que personne n’était allé voir Bria. Elle trouve cela étrange, parce que celle-ci lui est apparue comme une brave fille. Kelly affirme qu’il a eu la même impression quand il lui a parlé lors de l’intervention à la clinique, mais c’est tout ce qu’il peut dire à son sujet.

Problèmes de communication

Gabriela a l’occasion de vérifier si elle s’inquiète pour rien au moment où Bria obtient son congé de l’hôpital. La situation se présente à la suite d’un appel concernant un policier happé par un camion. Sylvie et Gabriela viennent de le transporter aux urgences et s’apprêtent à retourner à la caserne lorsque Gabriela aperçoit l’adolescente en train de s’éloigner de l’établissement. 

Elle la rejoint et, dès que Bria lui apprend que son père est retourné au travail tout de suite après avoir signé les documents relatifs à sa sortie de l’hôpital, l’ambulancière insiste pour la reconduire chez elle. Par la suite, même si la jeune fille lui dit qu’il n’est pas nécessaire de l’accompagner jusqu’à sa porte, Gabriela la suit pour s’assurer qu’elle est bien rentrée et constate que M. Jamison n’est pas au boulot. L’adolescente est alors obligée d’avouer qu’elle a tenté de voler les antidouleurs pour son père, qui ne peut plus s’en passer depuis un accident de travail. Gabriela souhaite contacter les services sociaux pour qu’ils s’occupent de Bria pendant que M. Jamison se fait soigner par des professionnels, mais la jeune fille la supplie de ne pas le faire et promet de trouver de l’aide.

Quelques jours plus tard, Gabriela reçoit un appel de détresse de Bria et se rend chez elle avec Kelly. L’état de santé de M. Jamison s’est tellement détérioré qu’ils doivent l’envoyer à l’hôpital en dépit des protestations de sa fille. Le lendemain de l’incident, l’adolescente s’enfuit pour ne pas être confiée à une famille d’accueil.

À plusieurs reprises, Matthew suggère à son épouse de se méfier de Bria. Selon lui, le fait qu’elle a seulement 16 ans n’excuse pas sa tentative de vol, sans compter qu’elle s’est débrouillée pour sortir de l’hôpital sans la signature d’un parent. 

Une question de confiance

Pour sa part, le chef Boden s’interroge sur les véritables raisons de la visite de Julian Robbins à Chicago. Il soupçonne le petit frère de Donna de vouloir lui demander un service qu’il ne pourra pas refuser sans faire de la peine à son épouse. Il n’est donc pas surpris d’entendre Julian lui parler de son entreprise spécialisée dans la fabrication de gants ignifuges. Il aimerait que Boden lui en achète une centaine pour l’aider à faire connaître son produit à Chicago. Le chef de la caserne 51 accepte d’étudier sa proposition, en sachant fort bien qu’il risque de faire perdre de l’argent au service des incendies.

Par ailleurs, Otis et Joe tentent de découvrir l’identité du nouvel homme dans la vie de Sylvie.