Télévision / Reportages

Partager
Créatures meurtrières d’Australie | La mort aux trousses
Photo : Explora

Créatures meurtrières d’Australie | La mort aux trousses

Du lundi 10 juin au jeudi 13 juin à 19 h, Explora

Par Alexe-Sandra Daigneault/TV hebdo - 2019-06-04 22:43:11

Les blagueurs disent parfois que tous les insectes, les animaux et les plantes d’Australie sont prêts à tuer. Et lorsqu’on découvre ce dont les «vedettes» de la série documentaire Créatures meurtrières d’Australie sont capables, on est porté à les croire!

 

Sur le continent australien, les régions climatiques sont si variées qu’on y trouve des espèces de plantes et d’animaux des plus uniques. Parmi ces spécimens se cachent des tueurs redoutables, dont on fait la rencontre dans les quatre épisodes de Créatures meurtrières d’Australie

À la manière d’une enquête policière, cette série documentaire de Martin Baker expose le «dossier criminel» des prédateurs qui règnent sur les forêts, les marécages, les déserts et les océans. Dotés d’un arsenal d’armes mortelles, ces tueurs s’avèrent encore plus effrayants que les malfaiteurs humains, puisque la loi de la nature est toujours de leur côté!

Dans les bois

Il suffit de se promener dans les forêts, où nous emmène le premier épisode de Créatures meurtrières d’Australie, pour réaliser que chaque arbre, feuille ou pierre représente une véritable scène de crime. Certains coupables sont plus faciles à repérer, notamment le python améthyste, un serpent de huit mètres dont le corps puissant lui a valu le surnom d’«étrangleur de Daintree». Capable d’avaler un wallaby entier grâce à sa mâchoire extensible, il se révèle tout de même moins effrayant que le serpent à collier rouge, qui paralyse ses proies avec son venin avant de les gober vivantes. 

Un peu plus discrète, l’araignée nephila pilipes tisse une toile scintillante de un mètre afin d’attirer nombre d’insectes et d’oiseaux imprudents. Elle se sert ensuite de son venin pour immobiliser ses proies avant de les déchiqueter, tout comme le fait la scolopendre, un insecte nocturne dont la taille peut atteindre 25 cm. La minuscule veuve noire à dos rouge utilise la même tactique, mais la puissance de son venin suffit à dissoudre la chair de ses proies, voire à tuer un homme. 

Armes létales

Tout aussi dangereux, le dasyure tigre et le diable de Tasmanie sont si féroces qu’ils n’hésitent pas à s’attaquer à des proies plus grandes qu’eux. Grâce à leurs mâchoires puissantes et à leurs dents acérées, ces cousins de la race des marsupiaux carnivores sont capables de broyer les os, les tendons et les nerfs, histoire de tirer le maximum de chaque repas. Cependant, ils n’oseraient pas s’en prendre au scorpion des forêts pluviales, qui a survécu pendant plus de 400 millions d’années grâce à son exosquelette robuste, à sa pince imposante et à son dard venimeux.

Contrairement à ces soldats des forêts, le gympie gympie a l’air bien inoffensif, mais les poils qui recouvrent les feuilles de cette grande plante verte libèrent des neurotoxines capables de tuer un cheval. De son côté, le coloré drosera attire plutôt ses proies avec ses «tentacules» à l’odeur sucrée avant de produire des enzymes digestives qui dissolvent les insectes piégés dans un mucus collant. L’eucalyptus s’avère tout aussi toxique, ce qui explique son omniprésence malgré sa popularité auprès des koalas!

La mort aux trousses

Il est difficile de se sentir en sécurité dans les forêts pluviales et tropicales d’Australie lorsqu’on réalise à quel point leurs habitants sont dangereux. Par contre, pas question de fuir dans les marécages, les déserts ou les océans, puisque des tueurs tels que les crocodiles, les serpents de la Mulga et les grands requins blancs nous y attendent!

Le saviez-vous?

Devenu célèbre grâce à Taz, l’un des personnages des Looney Tunes, le diable de Tasmanie était présent sur tout le territoire australien avant de se retrouver confiné sur l’île de Tasmanie à la suite d’une période d’extinction massive. Classé parmi les espèces protégées en 1941, il reste le plus grand marsupial carnivore du monde. Il est aussi le dernier représentant vivant de la sous-espèce sarcophilus.