Télévision / Reportages

Partager
Discussions avec mes parents | Autres temps, autres mœurs (Début de la saison 2)
Jean-Pierre, Raynald, Rollande, François et Judith (Vincent Bilodeau, Blaise Tardif, Marie-Ginette Guay, François Morency et Caroline Bouchard) forment un clan toujours aussi uni... et aussi bavard! | Photo : Karine Dufour

Discussions avec mes parents | Autres temps, autres mœurs (Début de la saison 2)

Lundi 9 septembre à 19 h 30, Radio-Canada

Par Marie-Hélène Goulet/TV Hebdo - 2019-08-29 20:28:50

François a-t-il enfin trouvé la fille de ses rêves? C’est ce qu’espèrent ses parents, Rollande et Jean-Pierre. Malheureusement, les événements qui surviendront dans la deuxième saison de la comédie de François Morency les refroidiront peut-être un peu! L’humoriste nous donne un avant-goût des nouveaux épisodes.

 


François, à quoi peut-on s’attendre dans le premier épisode?

Nous revenons sur certaines choses qui ont été établies le jour du 50e anniversaire de mariage de Rollande et Jean-Pierre. Rosalie et François leur expliquent la nature de leur relation. Les parents risquent d’être déçus, eux qui s’attendaient à aller aux noces! Ils voudraient que tout aille plus vite entre leur fils et Rosalie.

Avez-vous apporté des changements à votre manière d’écrire?

La deuxième saison d’une émission — que ce soit une série ou un show de variétés — est nécessairement meilleure que la première, car on améliore ce qui devait être amélioré. Par exemple, chaque épisode contient plus de scènes. Durant la première année, il y en avait 15 ou 16; cette fois, j’en ai plutôt écrit une vingtaine. Il y a forcément des décisions cruelles à prendre au montage, parce que nous avons davantage de matériel, mais ça demeure un heureux problème. Au pire, nous mettrons plus d’extraits inédits sur les réseaux sociaux.

Justement, sur les réseaux sociaux, les commentaires des téléspectateurs sont abondants et enthousiastes. Avez-vous l’impression que le Québec a «adopté» votre famille?

Je savais que Discussions avec mes parents avait le potentiel nécessaire pour toucher les gens, mais je ne pensais jamais que l’unité familiale était un aussi gros dénominateur commun, peu importe les générations et les types de familles. Je viens d’un clan uni et je croyais que l’émission plairait plutôt aux téléspectateurs dont le parcours ressemble au mien. Or, elle intéresse un public bien plus large! Ça m’a surpris.

Pouvez-vous nous raconter un moment où des amateurs de l’émission vous ont particulièrement étonné?

Je suis allé visiter une école secondaire de l’arrondissement Saint-Laurent à la demande d’une professeure de français qui utilise la télévision québécoise pour préparer ses activités d’apprentissage. L’année dernière, elle avait choisi Les pays d’en haut et Discussions avec mes parents. Quand je suis arrivé dans sa classe, j’ai constaté que son groupe comprenait des élèves d’origines si variées qu’on se serait cru à l’ONU. C’était magnifique! Et même si ces jeunes avaient un parcours, une culture et un ADN complètement différents des miens, ils avaient une foule de questions sur la série et ils étaient emballés! 

Vous inspirez-vous toujours de votre livre pour les intrigues de cette deuxième saison?

J’ai utilisé tout ce qui était adaptable à la télévision dans la première saison, sauf un ou deux sketchs. J’ai donc écrit beaucoup plus de fiction, soit des situations qui sortaient de mon imaginaire. Malgré tout, je reste fidèle à la vérité des personnages. Par exemple, on m’a soumis l’idée que Rollande pourrait rapporter dans les magasins des articles qu’elle avait utilisés, mais dont elle n’avait plus besoin. C’est drôle, mais jamais ma mère n’aurait fait ça. Elle respectait trop les lois. Si une idée ne cadre pas avec la vérité des personnages, je ne la développe pas.

Qu’arrivera-t-il aux parents de François cette saison?

Comme bien des retraités, Rollande et Jean-Pierre essaient de remplir leur horaire avec un paquet d’activités et de cours. Jean-Pierre devient le mentor d’un adolescent et trouve un emploi dans une agence de télémarketing, pour laquelle il vend des thermopompes. Rollande, de son côté, s’inscrit à des cours d’allemand et de tir à l’arc. Elle se crée également un compte Facebook.

Et qu’arrivera-t-il à Raynald et à Judith?

Raynald fait une gaffe. Par nostalgie, il gardait une photo de sa blonde du secondaire dans son portefeuille, et sa femme s’en rend compte. François l’aidera à réparer les pots cassés. Quant à Judith, elle insiste pour que la famille aille dans une cabane à sucre à la mode qui est bien trop chère et pour laquelle il faut réserver cinq mois à l’avance.