Télévision / Reportages

Partager
«Docu-D: Paroles d'enfants»: En toute sincérité
© Canal D

«Docu-D: Paroles d'enfants»: En toute sincérité

Dimanche 23 avril 21 h, Canal D

Par Marie-Hélène Goulet/TV Hebdo - 2017-04-10 15:13:59

Ils sont de Pikogan (en Abitibi), de Québec, de Montréal, de Gaspé, de Saint-Ferdinand... Ils ont la peau pâle, basanée ou foncée, et certains ont les yeux en amande. Ils ont de 5 à 12 ans et ils ont tellement de choses à dire! La réalisatrice Isabelle de Blois leur a donné la parole le temps d’un documentaire. 



C’est avec beaucoup de candeur et une forme de lucidité que des dizaines d’enfants répondent aux questions d’Isabelle de Blois dans ce documentaire qui sort de l’ordinaire. La réalisatrice leur a non seulement posé des questions toutes simples, comme ce qu’ils souhaiteraient faire dans la vie, mais elle leur a aussi demandé d’expliquer des concepts plus abstraits, comme l’amour et l’amitié.


L’amour et la guerre

Si on s’émerveille de voir le petit Théo, six ans, de Québec, vouloir devenir géologue, collection de roches à l’appui, on rigole avec la belle Ophélie, six ans, de Saint-Ferdinand, qui n’aspire qu’à vendre de la crème glacée et de la confiture. Quand on leur parle d’amour, certains enfants avouent gentiment avoir connu la grande émotion, tandis que d’autres mentent éhontément en rougissant. Tous parlent des différences entre les gars et les filles.

Ce sont généralement les jouets préférés qui différencient les sexes, mais pour Rocky-Anna, sept ans, originaire de la réserve amérindienne de Pikogan, le sujet est beaucoup plus sérieux: «Les gars font la violence, et les filles n’aiment pas ça, faire la violence.» Pour Dan, 10 ans, de Québec, la guerre trace une marque entre les sexes, puisque «la guerre, c’est pour les hommes». Ce sont des paroles lourdes de sens pour ce jeune Québécois aux racines congolaises qui ne veut pas retourner en Afrique où, selon lui, trop d’enfants meurent à cause des conflits.

On constate que, si les enfants avaient une baguette magique, ils l’utiliseraient souvent avec beaucoup d’altruisme. «[J’amènerais les hommes à] faire la paix, et s’ils ne la faisaient pas, je disparaîtrais sur une autre planète», conclut Théo, qui n’a pas tellement confiance en la bonté des hommes, même aidés par la magie.


D’autres nouveautés à Canal D

Après avoir cassé la baraque à Super Écran, la comédie burlesque Madame Lebrun (samedi 20 h) débarque à Canal D, qui diffusera les 10 épisodes de la première saison. L’extraordinaire Benoît Brière tient le rôle-titre, et la distribution compte Sylvie Moreau, Pierrette Robitaille, Pierre Hébert, Pierre Collin, Sarah-Jeanne Labrosse, Michel Laperrière, Hélène Major, Éric Bernier et Marc Beaupré. Au début de la série, la matriarche tente de régler quelques problèmes familiaux, notamment la brouille entre son fils Bruno et Geneviève, la petite amie de celui-ci.

Louis Riel a été pendu le 16 novembre 1885, mais ses descendants de la nation métisse du Saint-Laurent, au Manitoba, forment toujours une communauté bien vivante. La série documentaire Au pays des Mitchifs (samedi 18 h) présente des hommes et des femmes qui, grâce à leur savoir traditionnel, demeurent des trappeurs, des chasseurs et des pêcheurs exceptionnels. Dans le premier épisode, Norbert Langelier traque les cervidés sur ses terres. Les frères Julien et Roger Chartrand chassent en se remémorant les souvenirs de leur père et de leur grand-père, qui les ont initiés à cette pratique. On fait aussi la rencontre de Gerry Bruce, l’incarnation même de l’homme libre qui chasse, trappe et pêche toute l’année pour subvenir à ses besoins.

Y a-t-il métier plus intrigant et mystérieux que celui de détective privé? Dans la série Détectives (vendredi 21 h), de véritables professionnels démystifient leur travail en revisitant certaines de leurs enquêtes. Grâce à des reconstitutions, on comprend les difficultés qu’ils ont à surmonter et on découvre certaines de leurs techniques d’investigation. Dans l’épisode de cette semaine, Rémi Kalacyan est chargé par Mme Taylor de surveiller les allées et venues de son époux, qu’elle soupçonne d’infidélité. Or, pendant deux week-ends, ce dernier arrive à semer le détective. Par ailleurs, un employeur confie à un enquêteur le mandat de vérifier si un de ses employés est bel et bien en congé de maladie ou s’il est parti à la chasse grâce à un faux billet de médecin.