Télévision / Reportages

Partager
«Entrée principale»: une heure de pointe relax
Avec Vincent Bolduc, André Robitaille et Louis T © Radio-Canada

«Entrée principale»: une heure de pointe relax

Du lundi au vendredi 16 h, dès le 9 septembre

Annie Hogue / TV Hebdo - 2013-08-26 14:04:20

Cet automne, André Robitaille nous propose un nouveau rendez-vous quotidien. En direct d’un bistro installé dans l’entrée principale de la tour de Radio-Canada, il anime une émission festive pour nous permettre de bien terminer l’après-midi. Entouré de collaborateurs et d’invités, il discute de sujets variés, notamment d’actualité.




À 16 h, entre la fin du boulot et le souper, André Robitaille nous accompagne. Entrée principale, comme son nom l’indique, est enregistrée en direct dans l’entrée de la tour de Radio-Canada, à Montréal. «On nous a aménagé une sorte de bistro près de la porte principale où, tous les jours, passe beaucoup de monde. Le studio comprend des tables et un comptoir.

À 16 h, mon équipe et moi prendrons un café, et nos invités se joindront à nous. Il se peut également que, si je vois passer quelqu’un comme Guy A. Lepage, je l’arrête et je le convie à s’asseoir», mentionne André Robitaille.


Un concept à part

Bien qu’Entrée principale se classe dans la catégorie «magazine de services», puisqu’on passe d’un sujet à l’autre et qu’on traite de sujets divers (santé, divertissement, technologie, médias sociaux, voyages, loisirs, finances, famille, consommation et art de vivre), l’équipe se réserve le droit de sortir du cadre et de faire de cette nouveauté une émission à son image.

«Je suis très influencé par l’am­biance et le rythme de la radio. C’est difficile de recréer ça à la télé — et je n’ai pas la prétention de dire que nous y arriverons parfaitement —, mais c’est un show de ce genre que j’ai en tête: une émission assez “souple” qui deviendra le rendez-vous du retour à la maison. Si, par exemple, nous parlons d’une personne, je veux me donner la liberté de l’appeler.

J’aimerais aussi que les gens puissent intervenir dans l’émission. Nous sommes en train de préciser la façon dont ils pourront le faire, et ce sera peut-être une méthode aussi simple qu’un bon vieux coup de téléphone.»


L’actualité vue différemment

Vous avez manqué un événement important qui s’est passé dans la journée? L’équipe d’Entrée principale compte revenir sur l’actualité des 24 dernières heures au moyen de ce que l’animateur appelle «les prises du jour»: des sujets qui ont piqué la curiosité ou retenu l’attention durant la journée.

André Robitaille insiste cependant sur ce fait: «Nous ne présentons pas un bulletin de nouvelles. Nous laissons cela aux autres, qui le font très bien. Nous voulons parler de sujets d’actualité sous un angle différent de celui des émissions d’information.»


Un gars et son équipe

L’animateur André Robitaille est bien entouré: une équipe de collaborateurs, Vincent Bolduc, Isabelle Lacasse, Pascale Lévesque et Louis T, sera à ses côtés tous les jours. «Chacun a son domaine d’expertise, mais nous les avons choisis parce qu’ils sont capables de rebondir rapidement, ce qui est nécessaire dans une émission en direct, indique-t-il.

Ce sont des gens que je connaissais déjà et avec qui j’avais envie de travailler. Une belle complicité s’est déjà installée entre nous. Le rôle de Louis T est un peu particulier: c’est notre barista. Il sera derrière le comptoir et fera les cafés.

Il a cependant le droit d’intervenir dans les discussions en tout temps. Vincent, Isabelle et Pascale seront plus près de moi; ils introduiront les sujets et présenteront des chroniques.»


L'implication d'André Robitaille

L’émission Entrée principale est née d’une commande de Radio-Canada; le concept est signé Pierre-Louis Laberge. «Cependant, les gens du milieu savent que, lorsqu’ils font appel à moi, je ne me contente pas de mettre ma cravate et de prendre mes cartons avant d’aller à l’antenne.

J’ai participé à l’élaboration du projet et j’ai apporté mes idées. J’espère que les gens seront au rendez-vous dès le début et qu’ils nous donneront le droit de nous “placer”, de nous ajuster et de peaufiner notre recette au fil des jours», conclut André Robitaille.