Télévision / Reportages

Partager
«Fabuleusement gai»: Aux origines de l'homosexualité
Le réalisateur, Bryce Sage. © Explora

«Fabuleusement gai»: Aux origines de l'homosexualité

Dimanche 17 mai 20 h 30, Explora

Jean-Simon Messier / TV Hebdo - 2015-05-07 16:43:24

Les homosexuels naissent-ils gais? Qu’est-ce qui provoque l’attirance entre personnes de même sexe? À l’occasion de la Journée mondiale contre l’homophobie, la chaîne Explora présente Fabuleusement gai, un documentaire qui démystifie et explique les concepts biologiques de l’homosexualité.



Le réalisateur canadien Bryce Sage est sorti du placard à la fin de l’adolescence. Sa famille et son entourage ont toujours accepté son homosexualité. Cependant, le cinéaste s’est toujours demandé s’il était né ainsi, si des facteurs auraient pu causer son attirance envers les hommes et s’il était donc possible qu’il soit devenu gai.

Pour trouver des explications à ce qui le préoccupe, il s’est engagé dans un périple à travers le monde et a rencontré des experts en la matière. Tout au long de son voyage, il confronte sa propre homosexualité et son histoire familiale, mettant en opposition le côté naturel et le côté enrichissant du problème.


La sexualité préprogrammée

Dès les débuts de son épopée, on voit Bryce passer des tests dans lesquels son cerveau est bombardé d’éléments érotiques. Il apprend ensuite qu’il est fort probable qu’il soit né homosexuel et que la sexualité des humains est en partie programmée avant la naissance. Mais pourquoi lui? Pourquoi n’est-ce pas son frère qui est gai?

Un bébé mâle a environ 2 % de chances de naître gai. Chaque fois qu’une mère met un garçon de plus au monde, le rejeton a un tiers de chances de plus que son frère aîné d’être homosexuel.

Selon certains spécialistes, c’est le système immunitaire de la mère qui serait la cause de ce phénomène. Un fœtus mâle dégagerait dans l’utérus des protéines spécifiques qui feraient en sorte que le corps de la mère émettrait des anticorps «anti-mâles». Lors d’une ges­tation ultérieure d’un fœtus mâle, l’effet persistant de cette défense naturelle affecterait le développement du cerveau du jeune garçon, de sorte qu’il serait plus enclin à avoir une attirance envers d’autres garçons une fois arrivé à maturité sexuelle.


Jumeaux identiques, gais identiques?

Dans le documentaire Fabuleusement gai, Bryce Sage s’interroge également sur l’homo­sexualité chez les jumeaux identiques. Lorsqu’un jumeau est gai, son frère identique — qui partage le même ADN et le même bagage génétique — l’est-il automatiquement lui aussi? Bien que les chances que deux frères aient la même orientation sexuelle soient beaucoup plus élevées chez une paire de jumeaux identiques, il est également possible que l’un soit hétérosexuel et l’autre, homosexuel. Bryce va d’ailleurs à la rencontre de deux jumeaux identiques dont l’un est gai et l’autre, non, afin de résoudre cette question épineuse.


Homosexualité animale: science ou fiction?

Le réalisateur discute également avec des biologistes de recherches et d’études portant sur l’homosexualité chez les autres espèces animales. Il rencontre notamment Anne Perkins, spécialiste en anthrozoologie. Au cours de sa carrière, Mme Perkins s’est intéressée au comportement sexuel des animaux, et plus spécifiquement à l’homosexualité animale.
Elle raconte que des éleveurs de moutons aux États-Unis avaient à l’occasion certains problèmes lorsqu’ils tentaient d’accoupler un bélier et une brebis, le mâle refusant complètement de monter la femelle.

Puis, lorsque deux mâles réticents aux femelles étaient mis dans le même enclos, ils finissaient par se monter l’un l’autre. La scientifique a découvert, entre autres choses, que 8 % des béliers mâles sont exclusivement homosexuels. Elle s’est intéressée à leur comportement, étudiant le cerveau des béliers gais.

Peut-on faire un parallèle entre les animaux et les humains? Qu’est-ce qui rend les béliers gais? Le développement des comportements sexuels de certains animaux et de l’homme est certes assez similaire, mais en fin de compte, des gènes aux hormones, une multitude de facteurs peuvent expliquer l’homosexualité, qui reste encore bien énigmatique!