Télévision / Reportages

Partager
Histoires de vélos | Réinventer la roue
Photo : © TV5

Histoires de vélos | Réinventer la roue

Mercredi 17 juillet à 22 h, TV5

Par Alexe-Sandra Daigneault/TV hebdo - 2019-07-04 21:51:55

Depuis 20 ans, l’organisme Cyclo Nord-Sud combat la pauvreté en envoyant des vélos usagés à ceux qui en ont le plus besoin. Le documentaire Histoires de vélos nous fait découvrir comment cette initiative change des vies, deux roues à la fois.

 

 

On a parfois l’impression que nos petits gestes de charité ne pèsent pas lourd dans la grande balance de l’univers, mais les 500 bénévoles de Cyclo Nord-Sud savent qu’il n’en est rien. On s’en rend compte en regardant le documentaire Histoires de vélos — réalisé par Étienne Langlois et Pauline Cordier —, qui nous emmène en Haïti, au Guatemala, au Nicaragua et à El Salvador afin de constater l’impact immense de cet organisme montréalais à but non lucratif.

50 000 bravos

Filmé en 2018, ce documentaire va à la rencontre des bénévoles de Cyclo Nord-Sud tandis qu’ils se préparent à envoyer le 50 000e vélo de l’histoire de l’organisme. À la tête de l’équipe, la coordonnatrice Claude Beauséjour se montre particulièrement enthousiasmée par cet anniversaire: il faut dire qu’elle s’apprête à suivre le vélo jusqu’au village de Ouanaminthe, à Haïti, où les élèves de l’Institution Jean-Paul II feront bon usage de leurs centaines de nouvelles bicyclettes. 

Le père Jean-Luc Bourdeau, directeur de l’institution, lui explique en effet que ses élèves effectuent de longs trajets afin de se rendre à l’école.  Plutôt que de devoir marcher pendant des heures ou dépenser des fortunes en taxi, certains préfèrent rester à la maison ou travailler — en particulier les fillettes, dont l’éducation passe souvent en dernier. Pour une adolescente comme Édeline, un vélo gratuit est synonyme de savoir, ce qui lui permet d’aspirer à une carrière de médecin tout en aidant sa mère à élever ses cinq frères et sœurs.

Le pédalier de la révolution

Dans le village de San Andrés Itzapa, au Guatemala, Carlos Enrique Marroquin a plutôt utilisé l’aide de Cyclo Nord-Sud afin de créer sa propre fondation, Bici-Tec. Grâce à ce partenariat, il a tout appris sur la mécanique des vélos avant d’inventer des «vélos-machines» révolutionnaires pour sa communauté: actionnées par pédalier, ces machines ingénieuses peuvent pomper l’eau, moudre le grain, faire fonctionner une génératrice et tout un tas d’appareils électriques qui offrent une possibilité de revenus aux citoyens les plus pauvres.

Par ailleurs, Carlos a créé une école afin de transmettre ses connaissances, multipliant exponentiellement les initiatives locales. Dans le village de San Marcos, à El Salvador, Jesús Lopéz a suivi la même voie afin de fonder Ecobici: dans cette école-atelier destinée aux jeunes de la rue, des centaines d’adolescents échappent à la violence des gangs tout en acquérant une éducation pratique... et un moyen de transport rapide pour éviter les dangers, comme l’explique Santiago Heriberto Peyes.

Rouler vers l’avenir

À Diriamba, au Nicaragua, le vélo est aussi une promesse d’avenir pour des gens pauvres tels que Luis Flores Gutiérrez. Contrairement aux propriétaires de motos-taxis, ce chauffeur de vélo-taxi n’a pas à dépenser pour l’essence et il peut effectuer ses réparations lui-même. Ce mode de vie lui laisse assez d’argent pour envoyer son fils de cinq ans à l’école et lui assurer une vie meilleure. 

Pendant ce temps, près de 7000 km au nord, les bénévoles de Cyclo Nord-Sud poursuivent leur mission avec la satisfaction du travail bien fait. Conscients qu’ils participent aux transformations sociales, politiques et citoyennes qui s’opèrent chez leurs partenaires du Sud, ils se battent également pour faire la même chose au Québec, où les cyclistes sont de plus en plus nombreux à contribuer à ce moteur de changement. Il ne tient qu’à nous d’en faire partie!

Pousser à la roue

Chaque année, Cyclo Nord-Sud organise 60 collectes de vélos usagés et reçoit des centaines de dons spontanés. Les vélos sont réparés et envoyés à destination à raison de 450 vélos par conteneur, ce qui représente des milliers de dollars en frais. Pour venir en aide à l’organisme, on consulte Cyclonordsud.org!