Télévision / Reportages

Partager
L'idole d'Hélène Bourgeois-Leclerc
© Marco Weber

L'idole d'Hélène Bourgeois-Leclerc

«Pauline Martin m’inspire toujours»

Par Michèle Lemieux / TV Hebdo - 2016-07-04 16:01:52

À chacune de ses participations au Bye Bye, Hélène Bourgeois Leclerc nous séduit grâce à son talent. C’est en suivant l’émission Minibus et en regardant jouer Pauline Martin lorsqu’elle était enfant qu’elle a découvert qu’il était possible de faire du jeu un métier.




Comme plusieurs, Hélène a eu un modèle qui lui a montré qu’il était possible d’exercer le métier de comédienne. «Pauline Martin est l’actrice qui m’a donné le goût de faire de l’humour, confie-t-elle. J’avais huit ans lorsque j’ai commencé à suivre Minibus. Par la suite, j’ai regardé Samedi de rire et Samedi PM. Je trouvais ça fantastique de découvrir qu’on pouvait faire partie d’une gang qui jouait des sketchs. Je crois que ç’a nourri mon sentiment d’appartenance. En fait, j’ai aimé toutes les émissions auxquelles Pauline a participé durant les années 1980. J’étais une fan finie de cette artiste. Lorsque j’étais petite, je voulais devenir Pauline Martin. J’étais pâmée sur elle!»


Un numéro mémorable

Lorsqu’elle plonge dans ses souvenirs pour se rappeler les numéros marquants de son idole, Hélène n’a pas besoin de réfléchir longtemps. «Je me rappelle son imitation de Jean-Luc Mongrain au Bye Bye 1988, raconte-t-elle. Pauline savait marcher sur la mince ligne entre la caricature et la vérité. Elle était éblouissante! Je ne peux que souligner sa force et sa présence. Je n’ai pas non plus oublié le numéro dans lequel elle imitait Edith Butler. J’aime le fait qu’elle ne joue pas sur son look, mais qu’elle s’en serve. C’est une belle femme qui n’a pas peur de transformer sa voix ou de se servir de ses grands yeux pour parodier quelqu’un. Elle utilise tout ce qu’elle a afin de nourrir son personnage. Cette manière de faire me semble particulièrement inspirante.»

D’une manière un peu plus technique, Hélène détaille les forces de cette actrice polyvalente. «Elle était d’une grande justesse. J’étais fascinée par son sens du jeu incroyable, se souvient-elle. Elle avait une telle facilité à “se défaire la face” en grimaçant tout en respectant ses personnages! Cette femme est une comédienne-née. Elle a un timing inouï que je n’ai pas vu souvent ailleurs. Pour moi, elle est la version féminine de Benoît Brière. Qu’on lui donne n’importe quel rôle, elle réussira à nous toucher et à nous faire rire.»


Se défaire d’une étiquette

«Pauline a su se renouveler, souligne Hélène. Je pense, entre autres, au rôle qu’elle a tenu dans Le Négociateur, il y a quelques années. Elle avait réussi à changer de registre. Elle s’est fait valoir dans un rôle dramatique qui imposait un jeu minimaliste. C’est là qu’on a réellement pu voir toutes les facettes de son jeu. On l’avait jusque-là considérée uniquement comme une actrice comique et, par la force des choses, on a toujours tendance à penser que le jeu comique est gros et sans nuances. Pauline nous a montré une autre facette de son jeu, et je trouve formidable que quelqu’un lui ait donné la chance de le faire. Elle a réussi à se défaire de l’étiquette comique qui lui collait à la peau.»

Hélène n’a jamais eu la chance de jouer avec cette artiste qu’elle admire tant. «Je l’ai toutefois rencontrée à plusieurs reprises, se remémore-t-elle. Je me souviens d’être allée à une émission animée par Pénélope McQuade et à laquelle on avait invité Pauline sans m’en aviser. Ç’a été notre première rencontre. C’est drôle, parce que je venais de lui rendre hommage lorsque Pénélope m’a annoncé qu’elle était avec nous. Ç’a été un beau moment pour moi. J’étais avec mon idole de jeunesse! C’est curieux d’exercer le métier de comédienne et d’être fan d’une autre actrice. Il y a quelque chose d’étrange dans le fait d’admirer quelqu’un qui fait la même chose que nous... Ça m’a vraiment fait plaisir de la rencontrer. De son côté, Pauline était touchée et même étonnée. Elle savait qu’elle avait marqué toute une génération grâce aux émissions auxquelles elle avait participé, mais selon elle, toute sa gang avait contribué à ce succès. J’étais d’autant plus heureuse que la lumière soit uniquement sur elle ce jour-là.»


Mère et fille

«Depuis, nous nous sommes croisées à quelques reprises lors de soirées, poursuit Hélène. J’adorerais avoir l’occasion de travailler avec elle. Ce serait formidable! J’aimerais que nous puissions jouer quelque chose de dramatique. Une mère et sa fille, peut-être? Être ensemble là où on ne nous attend pas!»

Le plus merveilleux, c’est d’apprendre que, malgré les années qui ont passé, Pauline inspire toujours Hélène. «Lorsque je suis devenue actrice, j’ai continué à éprouver une grande admiration pour cette femme. Elle a su se réinventer, vieillir en beauté et en solidité, et nous montrer toute l’étendue de son talent. Nous avons vu tout ce qu’elle sait faire. Je trouve ça magnifique, et c’est pour cette raison qu’elle m’inspire toujours», conclut-elle.


À noter

Hélène Bourgeois Leclerc participe actuellement au tournage du film dérivé de la série Les Bougon, c’est aussi ça la vie, Votez Bougon, qui sortira en salle le 16 décembre. «C’est formidable de retrouver, après des années, ce personnage que j’ai tant aimé, souligne-t-elle. L’esprit de famille au sein de l’équipe est intact. Nous sommes ravis. C’est un film très attendu.»