Télévision / Reportages

Partager
L'idole de Marie Soleil Dion
© Patrick Séguin

L'idole de Marie Soleil Dion

«J'ai toujours aimé Anne Dorval»

Par Michèle Lemieux / TV Hebdo - 2016-07-11 13:57:00

Alors que l’émission Chambres en ville séduisait toute une génération de jeunes et de moins jeunes, Marie Soleil Dion se laissait emporter par la vague. À l’instar d’Anne Dorval, l’interprète de Lola, elle souhaitait devenir comédienne. Son admiration pour cette grande actrice n’a jamais faibli depuis.




Marie Soleil est formelle: Anne Dorval fait partie de sa vie depuis toujours. «Je l’ai toujours aimée! lance-t-elle spontanément. Parfois, nous admirons certains artistes lorsque nous sommes enfants, mais quand nous vieillissons, cette admiration s’estompe. Avec Anne, ça ne s’est jamais produit.»

Marie Soleil était fascinée par la célèbre Lola, qui était alors l’idole de toute une génération. «Quand j’avais 9 ou 10 ans, je lui avais envoyé une lettre dans laquelle je lui disais que je l’aimais, que je la trouvais vraiment bonne et que je voulais devenir comédienne, moi aussi. Je lui avais demandé de me donner quelques conseils. Elle m’avait répondu: j’avais reçu une lettre écrite à l’ordinateur, mais signée de sa main. Elle me suggérait d’entrer dans une école de théâtre. À sa lettre, elle avait joint une photo d’elle à l’époque où elle avait ses longs cheveux frisés et elle l’avait signée. J’avais trouvé ça cool!»


L’inoubliable Lola

Un public fidèle a suivi les aventures de Lola pendant sept belles années. Parfois, jusqu’à 2,5 millions de téléspectateurs regardaient la série. «J’aimais la dégaine de Lola et son côté mauvaise fille, se rappelle Marie Soleil. Quand on regarde Chambres en ville aujourd’hui, on se rend compte que l’émission a vieilli, notamment parce que la manière de jouer n’est plus la même. Cependant, ce n’est pas le cas d’Anne. Elle ressortait du lot. Elle était drôle et vraie. Son jeu a toujours été juste et naturel, ce que je trouve inspirant. J’ai continué à la suivre après Chambres en ville. Si elle accordait une entrevue diffusée à la télé, j’étais au rendez-vous. J’aime sa personnalité, son intensité et le fait qu’elle ne fait pas dans la demi-mesure. Elle est entière. Elle dit les choses spontanément, au risque d’être parfois décousue. Je trouve ça charmant qu’elle ne tente pas de se forger une image. Qu’elle accorde une entrevue ou qu’elle reçoive un prix, elle est toujours fébrile, intense. J’adore son authenticité, sa couleur et sa belle folie.»


Un talent brut

Les projets marquants d’Anne Dorval ne se comptent plus, tant à la télé qu’au cinéma. Au petit écran, elle nous a laissé d’impérissables souvenirs, notamment dans Virginie, Les Parent et Les bobos. Au grand écran, ses prestations dans J’ai tué ma mère, Les amours imaginaires et Laurence Anyways nous ont émus.

«Anne a un talent immense, tant pour la comédie que pour le drame, souligne Marie Soleil. Elle a su diversifier ses projets. Sa polyvalence est admirable! Dans Le cœur a ses raisons, le duo qu’elle formait avec Marc Labrèche a été une grande source d’inspiration pour moi. Anne, c’est un talent brut. Elle peut passer d’un extrême à l’autre: donner dans la comédie absurde ou jouer des scènes extrêmement dramatiques. Lorsque j’étais jeune, je me souviens l’avoir vue dans La Corriveau. Dans un reportage, on la voyait après le tournage d’une scène où son personnage s’était fait pendre. Elle était très fébrile. Ça m’avait semblé extraordinaire d’être comédienne et de vivre d’aussi grandes émotions. Il n’en fallait pas plus pour que je veuille devenir actrice!»


Un rêve et une question

Marie Soleil n’a jamais travaillé avec Anne. Quand on lui demande quel projet elle souhaiterait réaliser avec cette actrice qu’elle admire, la réponse ne se fait guère attendre. «N’importe quoi! dit-elle. Je désire faire du cinéma, et je suis certaine que le fait de tourner dans un film à ses côtés m’apprendrait beaucoup sur le métier. Ça serait un rêve!»

Y a-t-il une question que la jeune comédienne voudrait poser à son idole? «Elle a deux enfants qui sont nés alors qu’elle travaillait beaucoup. Je serais curieuse de savoir comment elle a pu concilier sa carrière et sa vie familiale. Moi qui veux avoir des enfants un jour, je me demande souvent comment je ferai pour continuer à pratiquer mon métier lorsque je serai une nouvelle maman. Anne l’a fait, et j’aimerais qu’elle m’explique comment elle y est parvenue.»


Une seule rencontre

La jeune comédienne a eu la chance de croiser son idole à la première du film Mommy. «J’ai pu m’entretenir brièvement avec elle et lui rappeler que je lui avais écrit lorsque j’étais petite, raconte Marie Soleil. Elle m’a demandé si elle m’avait répondu. C’était vraiment drôle! Ce soir-là, je lui ai dit que je l’avais trouvée vraiment bonne dans Mommy, mais je n’ai pas pu lui parler plus longtemps. C’était une fête, il y avait plein de gens autour, et je ne voulais pas être la tache qui monopolise celle à qui tout le monde veut parler... Je pense qu’elle a compris qu’elle avait été importante pour moi. Je ne l’ai jamais revue.»

«Anne Dorval fait rayonner le Québec, conclut Marie Soleil. C’est une belle femme et une actrice douée. Quelle extraordinaire ambassadrice elle fait pour la province!»