Télévision / Reportages

Partager
L’idole de Mirianne Brûlé
Mirianne Brûlé | Photo : Julien Faugère

L’idole de Mirianne Brûlé

«Sylvie-Catherine Beaudoin m’impressionnait beaucoup»

Par Michèle Lemieux/TV Hebdo - 2019-04-26 21:44:53

Lorsqu’elle était enfant, Mirianne Brûlé a eu une professeure de danse, rapidement devenue son mentor. Par sa carrière de danseuse et d’actrice, Sylvie-Catherine Beaudoin avait les ressources nécessaires pour guider la jeune Mirianne dans ce métier que ni elle ni ses parents ne connaissaient vraiment. 

 

 «Quand j’étais petite — je devais avoir six ou sept ans —, je suivais des cours de danse créative. Ma professeure de ballet était nulle autre que Sylvie-Catherine Beaudoin, qui est aussi comédienne. Je l’ai souvent vue en spectacle. Elle m’impressionnait beaucoup et pour plusieurs raisons, notamment parce qu’elle enseignait l’art dramatique. Je trouvais qu’elle était une femme d’action qui s’impliquait dans plusieurs domaines et qui faisait beaucoup de choses en même temps. Elle n’a jamais lâché. Par la suite, je l’ai vue jouer à la télé et j’ai compris qu’elle était aussi une grande comédienne... Ces dernières années, j’ai été très heureuse de la revoir au petit écran dans Mémoires vives», raconte Mirianne.  

Un modèle 

«Je dirais que c’est elle qui m’a encouragée à commencer ma carrière de comédienne, poursuit la jeune femme. Elle disait à mes parents qu’elle me trouvait particulièrement expressive et à l’aise. Comme j’avais manifesté le désir de poursuivre dans ce sens, c’est elle qui m’a guidée. Sylvie-Catherine m’a entre autres aidée à trouver une agence et m’a permis de comprendre comment ce métier fonctionnait. Ma famille et moi venons de Joliette; nous ne connaissions pas du tout le milieu, et il n’y avait pas d’artistes dans notre famille. Mes parents sont musiciens, ils aiment le théâtre et ils ont toujours été axés sur les arts, mais personne ne faisait carrière dans ce domaine. Sylvie-Catherine a donc eu une grande importance au début de ma carrière, entre autres en guidant mes parents. De Joliette à Montréal, la route n’était pas si facile. Mes parents ont aussi été très généreux avec moi en m’amenant plusieurs fois par semaine à des auditions.» 

Sur un même plateau 

Mirianne se souvient qu’à sept ans, elle faisait déjà de la figuration, notamment dans la populaire série Au nom du père et du fils. «La série était tournée au village Canadiana, près de chez nous, dans Lanaudière. J’ai été profondément impressionnée de voir les décors et les costumes. Sylvie-Catherine faisait partie de cette série; elle était donc sur le plateau. Je la voyais jouer, et ça m’impressionnait. Je trouvais ça génial. C’est à partir de cette expérience que j’ai dit à ma mère que je voulais officiellement faire ça comme métier. Dans la vie, je voulais porter des costumes et me transformer.» 

Une artiste multidisciplinaire 

Sylvie-Catherine Beaudoin a un parcours professionnel incroyablement diversifié. D’abord danseuse aux Grands Ballets Canadiens, elle a enseigné son art pendant des années. Elle est aussi actrice au cinéma (Si belles, Sous les draps, les étoiles, Onzième spéciale, Trois pommes à côté du sommeil, La peau et les os...), à la télévision (Clash, L’heure bleue, Nouvelle adresse, Mémoires vives, Trauma, Les poupées russes, Vice caché, Virginie, Le monde de Charlotte, Le retour, Watatatow...) et au théâtre (Parents à vie 2, Les Amazones, Ah! Vous dirais-je maman, Annabelle et Zina, Ma grosse chum de fille, Secret de famille, Incandescent, L’idiot, La peau de chagrin...). Elle a aussi coanimé Famille mode d’emploi sur les ondes de TQS et signé quelques mises en scène (Ma mère, ma sœur et moi, Le boudoir, Chalet tout compris...). Elle est coach en interprétation et enseigne l’art dramatique depuis plusieurs années. «Par la force des choses, je trouvais que c’était une femme accomplie, conclut Mirianne. Je me souviens très bien qu’elle m’ait dit que, dans ce métier, il fallait être proactif et faire notre chance. Je trouve admirable qu’elle ait su se diversifier et, surtout, qu’elle réussisse à rester présente dans le milieu depuis longtemps.»