Télévision / Reportages

Partager
«La petite histoire: 3 gars se souviennent»: Télé-plaisirs
Charles Lafortune © Guy Beaupré

«La petite histoire: 3 gars se souviennent»: Télé-plaisirs

Samedi 27 février 19 h, Prise 2

Par Marie-Hélène Goulet / TV Hebdo - 2016-02-18 15:22:05

Prise 2 célèbre ses 10 ans cette année. Comme cadeau d’anniversaire, la chaîne offre à ses téléspectateurs une émission spéciale remplie de fous rires et de souvenirs qui regroupe ce que la télévision a produit de mieux d’hier à aujourd’hui. Ce voyage festif dans le temps nous fait découvrir les coups de cœur de Paul Houde, José Gaudet et Charles Lafortune. L’animateur de La Voix a d’ailleurs bien voulu nous en dire plus à ce sujet.


Charles, qu’est-ce que La petite histoire?

C’est une émission spéciale d’une heure dans laquelle Paul Houde, José Gaudet et moi dressons le palmarès des titres qui nous ont le plus marqués et qui, par le fait même, ont sûrement marqué bien des téléspectateurs. Nous présentons en alternance nos 10 choix, jusqu’à l’émission la plus marquante que nous avons choisie ensemble. À chacune de nos suggestions, nous en profitons pour révéler les souvenirs que nous y rattachons. Cela a été super amusant à tourner!


Es-tu un nostalgique de l’ancienne télévision?

Je ne dirais pas que je suis un nostalgique, mais je trouve fantastique la façon qu’a la télévision de marquer des repères dans nos vies. En pensant à une émission passée, je me remémore soudainement à quelle école j’allais à ce moment-là, qui étaient mes amis, etc. Je me souviens également si je la regardais en famille ou en cachette de mes parents, qui trouvaient cette émission trop vulgaire, par exemple.


À quelles émissions sont rattachés tes premiers bons souvenirs télévisuels?

D’abord à Sesame Street, puis à une série qui ne vous dira probablement rien: Cher oncle Bill. C’était la traduction française de la production américaine Family Affair. Ça racontait l’histoire de jeunes orphelins qui allaient vivre chez leur oncle riche à New York. Je devais avoir cinq ou six ans quand je l’écoutais et j’adorais ça!


Est-ce qu’une émission en particulier t’a donné envie de devenir comédien et animateur?

Pas vraiment; mon envie du métier est réellement née par l’entremise de l’improvisation. La télévision était si inaccessible que je n’osais même pas y penser. Je n’avais aucune idée de comment me rendre là.


Y a-t-il des choix quétaines dans ton palmarès des meilleures émissions?

Sans être quétaine, un de mes choix va certainement toucher plus les filles que les garçons: Les filles de Caleb. Nous en regardons d’ailleurs plusieurs extraits avec Paul et José dans La petite histoire, dont la fameuse scène des chevaux, qui avait tant fait réagir la chroniqueuse télé Louise Cousineau!


Est-ce que les choix de tes deux comparses t’ont étonné?

J’ai bien ri de la sélection de José Gaudet, qui cache dans son placard plusieurs séries de filles. Il dit qu’il les écoutait pour faire plaisir à sa blonde, mais, au fond, il en raffolait!


De toutes les émissions passées, laquelle demeure ta préférée?

Ma favorite est sans aucun doute La fin du monde est à sept heures, parce qu’elle a été une pépinière de talents. On a vu en ressortir Patrick Masbourian, Jean-René Dufort, Bruno Blanchet et Isabelle Maréchal. Il y avait également Paul Houde et son Nostradamouse, en plus de Jean Leloup qui chantait le thème principal. Ce bulletin de nouvelles satirique représentait une nouvelle façon de faire de la télévision. TQS a fait un bon coup avec ça.


Prise 2 est une chaîne de reprises. Quelle émission as-tu regardée des années après sa diffusion originale?

Il y a quelque temps, en France, j’ai vu l’émission Fortier en reprise. Elle avait super bien vieilli! Elle était doublée en français international, ce qui donnait l’impression de regarder une série américaine. C’était même mieux encore, car le doublage était bien synchronisé aux lèvres des personnages.


Et quelle série d’aujourd’hui pourrait être présentée en reprise dans 10 ans, selon toi?

Probablement 19-2. Je pense que cette intrigue policière deviendra un classique. J’espère que ce sera également le cas de la série Karl/Max, que j’ai tournée avec Guy Jodoin.