Télévision / Reportages

Partager
Le CV de Rémy Girard
Rémy Girard © Bruno Petrozza

Le CV de Rémy Girard

Annie Hogue / TV Hebdo - 2011-04-27 16:11:31

Il a porté sur ses épaules de nombreuses productions théâtrales et donné vie à des personnages aussi drôles qu’émouvants, tant au cinéma qu’à la télévision. Rémy Girard est un très grand comédien, et tout lui réussit!

C’est avec Le déclin de l’empire américain, le film réalisé par Denys Arcard que Rémy Girard se fait connaître du grand public au milieu des années 80. Son visage était pourtant familier aux plus jeunes en raison de la participation du comédien à l’émission Minibus.

Rémy Girard a un CV bien rempli, et ses apparitions à la télé sont toujours remarquées.

Stan

Les Boys (2007-2011)

Fier entraîneur de «la meilleure équipe de hockey dans son cœur», Stan a tout donné pour ses Boys. Ses discours de motivation, dans le vestiaire sont mémorables, tout autant que sa façon de s’exprimer. Quand il dit: «Dans mon livre à moi…», on sait qu’une parole sage suivra.

Père et grand-père, Stan n’a pas toujours le don d’exprimer clairement ses sentiments, mais il aime les siens, et sa famille compte autant de membres que son équipe compte de Boys. Au cours de la dernière saison, on a découvert le côté naïf de Stan, alors qu’il a perdu tous ses biens matériels et l’argent qu’il avait investi après avoir fait confiance à un bandit à cravate.

Paul Bougon

Les Bougon — c’est aussi ça la vie! (2004 - 2006)

Il n’y a pas une magouille à laquelle Paul Bougon ne s’est pas livré afin de frauder le gouvernement. Fier papa de Junior, de Dolorès et de Mao (Antoine Bertrand, Hélène Bourgeois-Leclerc et Rosalee Jacques), il s’est toujours fait un devoir de ne rien faire d’autre de ses journées que de boire de la bière, de profiter du système et de regarder la vaisselle s’empiler dans l’évier.

En bon chef de famille, il a transmis ses valeurs à ses enfants, au grand dam de mononcle Fred (Claude Laroche) qui, lui, aurait préféré que son frère et le reste de la famille deviennent d’honnêtes citoyens. 

Robert Thomas

Emma (2001-2004)

À l’opposé de son ex-femme Emma (Elise Guilbault), une artiste dans l’âme, Robert Thomas est vice-président d’une compagnie de placement. Après avoir fait fortune dans le domaine, il profite de la vie et utilise son argent pour s’offrir des petits plaisirs, tels un avion bimoteur et une loge pour assister aux parties de hockey, sans oublier un bon petit verre de porto!

Père poule, il veille sur ses enfants et sur Emma, pour qui il a toujours de l’affection. Cela ne l’empêche pas de laisser d’autres femmes entrer dans sa vie. 

Jacques Vinel

Bunker, le cirque (2002)

Dans Bunker, le cirque, une satire du monde politique, Rémy Girard apparaît sous les traits de Jacques Vinel, le responsable de l’aile parlementaire du parti politique au pouvoir. Spécialiste des communications, M. Vinel sait comment tirer les ficelles et manipuler l’opinion publique. Il a compris depuis longtemps qu’en politique tout peut reposer sur une poignée de main…

Paul «Pogo» Gauthier

La petite vie (1993-1998)

Pogo est le meilleur ami de Pôpa (Claude Meunier), le seul, peut-être, d’ailleurs. C’est également son grand confident. Placier au Forum où jouaient les Canadiens à l’époque, Pogo connaît tout sur le hockey. Il a toujours une histoire nostalgique à raconter, surtout celle où, en 1964, un joueur des Maple Leafs de Toronto lui a ravi l’amour de sa vie.

Depuis, Pogo est célibataire par vocation! Cependant, lorsque Jacqueline (Serge Thériault) lui présente son amie Linda (Sylvie Potvin), c’est le coup de foudre, et Pogo retrouve enfin le sourire. Il oublie pendant un certain temps son penchant pour la bouteille, mais la jalousie excessive devient son nouveau vice.

Richard Beaudoin

Réseaux (1998)

Dans Réseaux, une série sur le merveilleux monde de la télé signée Réjean Tremblay, Rémy Girard campe le rôle de Richard Beaudoin. Vice-président de Télé-Nationale, la société d’État, il a consacré sa vie à la télé. Il considère que les cotes d’écoute sont importantes, mais la qualité des émissions lui tient également à cœur.

L’élection d’un nouveau premier ministre le place dans une situation délicate. On juge qu’il a fait son temps et que quelqu’un qui se laisserait plus facilement manipuler ferait mieux l’affaire. Mais Richard Beaudoin en a vu d’autres!

Robert

Maman chérie (1997)

Robert, un arriviste, est l’aîné des fils de Margot (Janine Sutto) et sans contredit son préféré. Même s’il s’occupe rarement d’elle et qu’il a toujours une bonne raison pour fuir la maison, il obtient de maman chérie tout ce qu’il désire.

Marié à Lorraine (Véronique LeFlaguais), Robert est père de deux enfants. Quand il en a assez de ses responsabilités, il se rend chez sa mère pour se faire consoler ou lui emprunter de l’argent.

Lionel Rivard

Scoop (1992-1994)

Au journal L’Express, pas une ligne ne peut être publiée sans que le chef de pupitre, Lionel Rivard, ait donné son accord au préalable. Il est passionné par la nouvelle, et rien ne lui fait plus plaisir que de voir de jeunes journalistes partager son enthousiasme.

Trouver les titres qui feront la manchette est un jeu d’enfant pour lui, mais il a beaucoup plus de mal à composer avec les griefs que lui met sous le nez Léonne Vigneault (Francine Ruel), la présidente du syndicat. En sa présence, Lionel pousse des «Cercueil», son patois, sur tous les tons. 

D’autres rôles de Rémy Girard au petit écran

Donald Trempe, Détect. Inc. (2005)

André Lamoureux, Rue L’Espérance (1999–2001)

M. Favreau, Ces enfants d’ailleurs (1997)

M. Guimond, Cher Olivier (1997)

Maurice Giguère, Urgence (1996)

M. Tremblay, 4 et demi… (1994–2001)

Georges Boulanger, Blanche (1993)

Commissaire Leduc, La misère des riches (1990–1992)

Luc Lavigne, Un signe de feu (1989–1991)

Maire Gauthier, Les tisserands du pouvoir (1989)

Joël Mongeau, Manon (1985–1987)

Rôles variés, Minibus (1983–1988)

Wladimir, Le temps d’une paix (1980-1986)