Télévision / Reportages

Partager
Les grands moments de la télé
Joël Legendre, Véronique Cloutier, Michel Courtemanche, Hélène Bourgeois Leclerc et Louis Morissette© Radio-Canada

Les grands moments de la télé

Les «Bye Bye» d'hier à aujourd'hui

Carl Rodrigue / TV Hebdo - 2013-12-19 15:59:44

Le 31 décembre 1956, Radio-Canada présente sa première revue humoristique de fin d’année, intitulée Salut ’57! Pendant la décennie suivante, des émissions de variétés comme Zéro de conduite, Ça va s’éclater et Les couche-tard servent de charnière entre l’année qui se termine et celle qui commence.




Le premier Bye Bye, animé par Marthe Fleurant, Claude Landré, Donald Lautrec et Françoise Lemieux, voit le jour le 31 décembre 1968. L’émission renaît de ses cendres à plusieurs reprises et célèbre en 2013 son 39e renouvellement en 45 ans! Pour l’occasion, nous effectuons le survol de quelques-uns des meilleurs moments du Bye Bye et des artistes qui nous les ont offerts.


10 moments mémorables

Le soldat canadien (1970).
Olivier Guimond et son éternel complice, Denis Drouin, trin­quent ensemble au Nouvel An. Le premier joue le rôle d’un soldat de l’armée canadienne qui, en pleine crise d’Octobre, veille sur le second, un résident de Westmount.

Nadia (1976).
Aux Jeux olympiques de Montréal, la Roumaine Nadia Comaneci, alors âgée d’à peine 14 ans, devient la première gymnaste à obtenir une note parfaite de 10. Dans cette parodie, Nadia et sa mère (Dominique Michel et Denise Filiatrault) discutent de l’avenir de la jeune fille.

Remaniement ministériel (1982).
À la suite de la démission d’une partie de ses ministres, René Lévesque, brillamment interprété par Jean-Guy Moreau, agit en véritable despote avec ceux qui lui sont restés fidèles.

Québec 84 (1984).
Deux couples, interprétés par Marc Messier, Pauline Martin, Michel Côté et Dominique Michel, se mettent en tête d’investir dans Québec 84 sans se douter que ce qu’ils considèrent comme l’événement du siècle sera un fiasco.

L’heure juste (1988).
Une Pauline Martin aux yeux écarquillés incarne Jean-Luc Mongrain, lequel reçoit le ministre de l’Environnement Clifford Lincoln à la suite de l’incendie de BPC de Saint-Basile-le-Grand.

Le Petit Chapon rouge (1991).
Dans son éternel rôle d’Oncle Georges, Daniel Lemire raconte au public l’histoire du Petit Chaperon rouge en donnant au conte une saveur politique.

30 fois Bye Bye (1997).
Dominique Michel et Patrice L’Ecuyer animent ensemble cette émission spéciale, une rétrospective des 30 premiers Bye Bye. C’est le dernier Bye Bye de Dominique Michel.

Relations publiques (1998).
Aux prises avec la crise du verglas, le porte-parole d’Hydro-Québec, Edmond Raté, interprété par Daniel Lemire, avoue être à court de solutions. «S’il y a des gens qui ont des idées, appelez-nous!» lance-t-il dans ce qui n’a rien d’un appel au calme.

Message à la nation (2006).
«Québécois, Québécoises, je vous souhaite une bonne et heureuse année 2007. Je vous la souhaite, mais je sais que vous ne l’aurez pas!» dit un Lucien Bouchard accusateur, reprochant au peuple de ne pas travailler suffisamment.

Les Adversers (2012).
Dans cette parodie du film The Avengers, Amir Khadir (le capitaine solidaire), Pauline Marois (celle qui n’a jamais Thor), Françoise David (dite Grano Woman) ainsi qu’un Hulk aux allures de Dr Gaétan Barrette mettent leurs différends de côté afin de lancer un «Bye Bye» bien senti à Jean Charest.


Des imitateurs hors pair

Ces revues satiriques de fin d’année ne seraient pas aussi réussies sans les parodies de nos personnages publics. L’imitation est-elle la plus sincère des flatteries, comme le prétend le dicton? Si c’est le cas, le Bye Bye a montré plus d’une fois l’indéniable talent de nos «flatteurs».

André Ducharme en Lucien Bouchard, Patrice L’Ecuyer en Pierre Elliott Trudeau, André Philippe Gagnon en Jean Chrétien, Yves Jacques en Claude Ryan, Guy A. Lepage en Roméo Dallaire, Pauline Martin en Jean-Luc Mongrain et Marina Orsini en Marjo, sans compter l’audacieux Michel Courtemanche imitant le matricule 728 (sans aucun maquillage, faut-il le rappeler), ne sont que quelques-uns des artistes qui se sont illustrés dans ce domaine au fil des ans. La palme revient toutefois au légendaire Jean-Guy Moreau, dont le René Lévesque a sévi avec brio à quatre reprises.


Les adieux de Dominique Michel

Porte-étendard par excellence des Bye Bye, Dominique Michel a bien souvent voulu se retirer de l’émission, qu’elle trouvait exténuante malgré tout le plaisir qu’elle en retirait. Dodo, qui déclarait chaque année que le Bye Bye auquel elle venait de participer serait son dernier, s’est fait taquiner maintes fois par ses collègues à ce sujet. Elle a finalement tiré sa révérence en 1997, après avoir participé à son 17e Bye Bye.


De l’échec au triomphe

À la suite du Bye Bye 2008, qui sortait un peu trop des sentiers battus selon une partie du public, Louis Morissette et Véronique Cloutier ont dû présenter leurs excuses au cours d’une conférence de presse.

L’émission spéciale de Tout le monde en parle diffusée l’année suivante n’ayant pas obtenu le succès escompté, le Bye Bye a effectué un retour en 2010, à nouveau sous la gouverne de Louis et de Véro.

Le couple, qui assure la revue de fin d’année depuis ce temps (assisté, notamment, d’Hélène Bourgeois Leclerc, de Michel Courtemanche et de Joël Legendre), a connu un triomphe l’an dernier: le Bye Bye 2012 est celui qui a obtenu les plus grandes cotes d’écoute.


Les Bye Bye en DVD

On peut se procurer quatre DVD regroupant les meilleurs moments des Bye Bye: Rétro Bye Bye volume 1 (de 1968 à 1981), Rétro Bye Bye volume 2 (de 1982 à 1998), Les Bye Bye de RBO (2006 et 2007) ainsi que Bye Bye 2010-2011-2012.