Télévision / Reportages

Partager
Les métiers de la télé: Préparateur d'émissions de jeux
Patrice L’Ecuyer, «Silence, on joue!». © Benoît Guérin

Les métiers de la télé: Préparateur d'émissions de jeux

Par Nathalie Slight / TV Hebdo - 2016-01-22 15:12:46

Nous divertir, telle est la mission des équipes qui préparent les quiz et les jeux télévisés. Cependant, même si elles s’amusent en travaillant, elles abordent leur boulot avec grand sérieux. Hugo Bourque, du Tricheur, et Anouk Mahiout et Esther Fortin, de Silence, on joue!, lèvent le voile sur la préparation que nécessitent les émissions de jeux.



Dans le quiz Le tricheur, qui est à l’antenne depuis janvier 2012, cinq artistes doivent répondre à des questions de connaissances générales afin d’accumuler des dollars pour la cause de leur choix. Cependant, l’un des participants reçoit secrètement toutes les bonnes réponses, d’où le titre de l’émission.


L’art de choisir les bonnes questions

«Le tricheur est un concept original, imaginé ici, au Québec. Au fil du temps, nous avons découvert que le jeu est plus corsé lorsque les personnalités se sentent complices. Voilà pourquoi la recherchiste Catherine Gagnon et moi choisissons des gens qui se connaissent déjà: des humoristes qui ont collaboré, des chanteurs ou des comédiens qui ont travaillé au même projet, etc. Nul besoin de créer des liens au sein du groupe! Par exemple, nous avons récemment réuni des comédiens de l’émission jeunesse Ramdam, qui a pris fin en 2008. Avant même le début de l’enregistrement, le party était pris dans la salle de maquillage!» raconte Hugo Bourque.

Une fois les invités choisis, Hugo et son équipe consultent une vaste banque de questions pour choisir celles qui seront posées aux personnalités qui se prêtent gentiment au jeu. «Le défi? Trouver des questions liées aux champs d’intérêt des artistes présents sur le plateau, afin que le participant qui se glisse dans la peau du tricheur ne soit pas démasqué trop vite. Tout part du choix des questions, un art que, bien humblement, l’équipe du Tricheur maîtrise particulièrement!» confie-t-il.


Le secret: la préparation

Lorsque les artistes se présentent au studio d’enregistrement, Hugo Bourque leur rappelle les règles du jeu. «Le tricheur n’est pas un test de culture générale. De peur d’être confondus, certains tricheurs hésitent à utiliser les réponses qui leur sont fournies mais, pour remporter la victoire, il doit avoir une bonne stratégie. Une de mes tâches consiste à inciter les tricheurs à tricher! (rires)»

Dans chaque émission, l’animateur, Guy Jodoin, se fait un devoir de tendre des pièges aux participants afin de trouver lui-même le tricheur. «Lorsque nous avons lancé le jeu, j’ai offert à Guy de lui dire d’avance quel participant était le tricheur, mais il a refusé catégoriquement. Pour lui, être dans le secret, ce serait se priver du plaisir de jouer! En tant que maître du jeu, je sais qui est le tricheur. Ce détail rend Guy un peu parano. Durant les pauses sur le plateau de tournage, nous évitons à tout prix de parler des invités. Guy affirme qu’il est capable de déceler le tricheur simplement en me regardant dans les yeux! (rires) Cela dit, même si nous dissertions sur le sujet pendant des heures, ça ne changerait rien au fait que démasquer le tricheur, c’est une question de feeling. Récemment, Julien Poulin m’a surpris: il a fait celui qui ne comprenait que vaguement les règles du jeu, ce qui a fait de lui un tricheur hors pair!» raconte Hugo Bourque.


Prévoir l’imprévisible

Adaptation québécoise de la populaire émission américaine Hollywood Game Night, le jeu télévisé Silence, on joue!, animé par Patrice L’Ecuyer, est diffusé depuis le 7 septembre 2015. «Même s’il s’agit d’un concept qui a largement fait ses preuves aux États-Unis, nous voulions donner à notre adaptation une saveur typiquement québécoise. Aux États-Unis, les questions sont surtout axées sur le showbiz, la musique populaire et le cinéma hollywoodien. Pour le jeu Time line, par exemple, les participants doivent mettre en ordre chronologique les looks de Britney Spears. Ici, ils doivent davantage puiser dans leurs connaissances générales. Dernièrement, nous les avons fait replacer des événements marquants de l’histoire du Québec», explique Anouk Mahiout, productrice au contenu.

Lorsque l’équipe de Silence, on joue! prépare les émissions, elle effectue des simulations de jeux dans le bureau de production. «Ça nous permet de vérifier le temps alloué à chaque jeu, l’attribution du pointage, le degré de difficulté, etc. Le but? Prévenir les accrochages qui pourraient survenir sur le plateau. Malgré toute la préparation, nous avons toujours un jeu en réserve au cas où il arriverait un pépin à la dernière minute. La seule fois où nous avons été dans l’obligation de l’utiliser, c’était à cause d’un problème technique», explique Esther Fortin, responsable du contenu des jeux et juge sur le plateau.


Jouer sans stress

Dans chaque émission de Silence, on joue!, Patrice L’Ecuyer explique les règles du jeu qui sera joué. «Nous donnons ces indications surtout aux téléspectateurs, puisque nos joueurs ont été préparés trois fois plutôt qu’une! Chaque équipe — composée de deux artistes et d’un participant du public — a reçu ce qu’on appelle la “bible des joueurs”, qui explique avec précision comment se déroule chaque jeu. Avant le début du tournage, nous passons un bon 45 minutes avec les participants pour revoir tous les jeux. Puis, pendant chaque pause, nous revenons sur le plateau pour leur réexpliquer brièvement le prochain jeu. Les joueurs sont plus que prêts, ce qui les soulage de la pression liée aux règlements et à la technique, et leur permet de se concentrer sur l’essentiel: avoir du fun!» confie Anouk Mahiout.

C’est justement ce qui fait la fierté de l’équipe de Silence, on joue!: voir les artistes s’amuser comme des fous en oubliant presque la présence des caméras. «C’est ce qui s’est produit avec Emmanuel Bilodeau et Sonia Vachon, par exemple. Au début de l’émission, ils étaient un peu dissipés, mais lorsqu’est venu le temps de jouer à Mot de passe, ils ont réalisé un record extraordinaire et ont obtenu une ovation debout dans le studio! Dans ces moments-là, on se dit: mission accomplie!» conclut Esther Fortin.