Télévision / Reportages

Partager
Nouveaux visages | Joëlle Paré-Beaulieu
Joëlle Paré-Beaulieu | Photo : Dominic Gouin

Nouveaux visages | Joëlle Paré-Beaulieu

«Dans mon métier, il faut travailler fort»

Par Annie Hogue/TV hebdo - 2019-03-11 22:59:11

Joëlle Paré-Beaulieu est l’interprète d’Adèle dans L’Échappée et celle de Nathalie, employée de ferme, dans 5e rang. Les fans d’impro savent aussi qu’elle est une joueuse d’expérience, membre de la LNI et de la LIM depuis de nombreuses années. Elle nous parle de sa carrière.


Joëlle, comment t’est venue l’envie de devenir comédienne? Était-ce un rêve d’enfance?

Non, je n’ai pas toujours rêvé de faire ce métier. Quand j’étais petite, j’allais à l’école alternative, un endroit où les enfants apprenaient à leur rythme. Lorsque nous avions fini nos travaux, nous pouvions choisir d’autres activités, dont l’impro. Quand j’étais en sixième année, j’ai même suggéré à mon professeur de remplacer le cours de catéchèse par de l’impro. Ça a fonctionné: nous avons improvisé des sketchs sur des thèmes religieux. C’était une drôle de partie! (rires) Ce sont là mes balbutiements dans le métier. À l’école, j’étais une petite «bollée». Après le secondaire, on m’a conseillé d’aller en sciences pures, puis j’ai étudié le droit à l’université. Cependant, je n’étais pas heureuse et j’ai réalisé que j’avais plus envie d’incarner une avocate dans Des hommes d’honneur que d’en être une dans la vie. Ma mère m’a alors demandé: «Pourquoi ne ferais-tu pas les auditions des écoles de théâtre?» J’ai passé l’année suivante à préparer mes auditions et, en 2003, je suis entrée en théâtre à Sainte-Thérèse, le cégep où j’avais étudié en sciences pures. 

Quel est le premier rôle qu’on t’a confié?

Je suis entrée dans ce métier par le Web, où j’ai joué dans plusieurs productions. Quant à mon premier rôle important, c’est Julie Hivon qui me l’a donné, dans le film Qu’est-ce qu’on fait ici?, tourné à l’été 2013. La télévision a découlé de ces expériences. Le premier rôle que j’ai tenu dans plus d’un épisode est celui d’Adèle, dans L’Échappée; je le joue depuis trois ans. 

Lequel de tes rôles t’a le plus marquée?

Celui de Roxane, dans Qu’est-ce qu’on fait ici?, a été très important, puisque c’était la première fois que j’obtenais un rôle autrement que par audition. Ça me fascinait de penser que quelqu’un s’était dit: «Ma Roxane, ça va être elle!» De plus, grâce à ce rôle, j’ai appris à jouer à la caméra, et j’ai reçu plusieurs commentaires de gens qui m’ont demandé où j’étais avant. Le film a aussi donné naissance à des amitiés qui durent encore aujourd’hui. Par ailleurs, certains traits de plusieurs personnages que j’ai incarnés m’ont marquée. 

Comment as-tu obtenu ton rôle dans L’Échappée?

C’est Miryam Bouchard qui me l’a offert. Dans mon métier, il faut travailler fort. Quand j’ai eu le rôle, je me suis dit que ça ne pouvait pas être aussi facile, mais, cette fois-là, ça l’a été! 

Adèle ne vit pas des choses faciles. Que peux-tu nous en dire?

Nous l’avons vue à l’hôpital au début de l’hiver et nous continuerons à la suivre. Sa relation avec Zoé ne sera jamais simple et saine; il y a trop de blessures, trop de lacunes. Dans la vie, je suis quelqu’un de très empathique. Je suis une maman attentive, pleine d’amour. Je ne voulais pas aborder le personnage d’Adèle comme si elle était une femme sans cœur. Elle a du cœur, mais elle n’a pas assez d’outils affectifs pour réussir ses relations. 

On peut te voir aussi dans la nouvelle série 5e rang. Parle-moi de Nathalie, ton personnage…

J’avais passé l’audition pour un autre rôle, celui d’une des sœurs de Marie-Luce. Je savais que j’avais été bonne, mais les membres de l’équipe de production avaient besoin d’une famille réaliste: il fallait que les sœurs se ressemblent. Ils ont réussi: le résultat est cohérent. On m’a donc proposé le rôle de Nathalie. Mon personnage travaille à la ferme, on tourne à l’extérieur, et ça fait en sorte que nous avons un bel esprit de gang. C’est agréable de se retrouver dans la nature, dans un environnement sain et bon. Bien que nous ayons des scènes dures et tristes à tourner, je ne pars jamais en me prenant la tête.

Connaissais-tu déjà les travaux de la ferme?

Je ne suis pas une spécialiste des animaux! (rires) Des gens dont c’est le métier sont venus nous guider pour que nous soyons bons avec les bêtes et que nous ayons l’air de savoir ce que nous faisons. 

Comment décrirais-tu Nathalie?

C’est une femme de caractère qui a la mèche un peu courte. On découvrira sa sensibilité un peu plus tard... Elle est en couple avec Sandro et a envie qu’on leur confie plus de responsabilités; elle croit le mériter. C’est une carriériste qui n’a pas peur de dire ce qu’elle pense, même si ça n’a pas d’allure. 

As-tu d’autres projets?

Je commence ma 12e saison dans la LNI avec l’équipe des Verts, aux côtés de Mira Moisan, Frédéric Barbusci, Christian Brisson Dargis et Guy Jodoin. Les tournages de 5e rang et de L’Échappée se poursuivent, et j’ai certains autres projets dont je préfère ne pas parler pour le moment.

L’impro fait partie de ta vie depuis longtemps. Pourquoi t’allume-t-elle toujours autant?

C’est un formidable terrain de jeu. Je peux jouer des rôles qu’on ne me confierait jamais ailleurs: je peux être Juliette ou une très méchante personne. Ça me permet de sortir des sentiers battus. Et je n’ai pas de côté compétitif. Par ailleurs, en impro, on peut ratisser large et réaliser sans cesse de nouveaux projets. 

Les gens te reconnaissent-ils dans la rue?

De plus en plus; le personnage d’Adèle m’a permis de me faire connaître. Les gens qui viennent me parler sont toujours gentils.