Télévision / Reportages

Partager
Nouveaux visages | Marilou Morin
Marilou Morin | Photo : Andréanne Gauthier

Nouveaux visages | Marilou Morin

«Toute ma vie, j’ai rêvé de jouer une méchante»

Par Annie Hogue/TV hebdo - 2019-04-09 20:49:02

Les jeunes ont découvert Marilou Morin grâce à Cochon dingue et à L’appart du 5e. Les adultes, eux, ont pu la voir dans ses rôles de Karla, dans Une autre histoire, et de Samantha, dans L’Échappée. Promise à un bel avenir, la comédienne nous raconte son parcours.

 

Marilou, qu’est-ce qui t’a amenée au métier de comédienne?

J’ai toujours voulu pratiquer ce métier. J’ai étudié en théâtre et je n’ai jamais eu de plan B! 

Connaissais-tu des gens dans le milieu pour avoir eu aussi jeune l’envie d’être comédienne?

Non, et je ne viens pas d’une famille d’artistes, même si j’ai des cousines qui écrivent. Enfant, je jouais à jouer! Ma mère m’a dit un jour que je m’appelle Marilou parce que c’était le prénom d’une comédienne dans un téléroman. C’était peut-être un signe que j’étais appelée à faire ce métier! (rires)

Tu as donc étudié en théâtre...

En fait, je n’avais pas assez con­fiance en moi pour passer des auditions. J’avais entendu des histoires d’horreur; on disait qu’il ne fallait pas rater sa chance, car il était impossible d’en avoir une autre. Après le secondaire, j’ai étudié en arts et lettres pendant un an, mais je me suis rendu compte que ce n’était pas vraiment ce que je voulais faire. J’ai passé les auditions du programme de théâtre musical du Collège Lionel-Groulx et j’ai été acceptée. J’ai fait deux des trois années du programme, puis j’ai passé les auditions pour l’option théâtre. J’ai fait le saut et j’ai finalement obtenu un diplôme. (rires

Quel a été ton premier contrat professionnel à ta sortie de l’école?

J’ai fait de la danse pendant environ 15 ans; je joue aussi un peu de piano et de guitare, et je chante. Mon professeur de claquettes m’a parlé des auditions pour la pièce Chantons sous la pluie. Forte de mes 14 ans de claquettes, je m’y suis présentée et j’ai décroché le rôle de Kathy Selden, joué par Debbie Reynolds dans le film. C’était une belle entrée en matière! 

Étais-tu nerveuse de faire partie d’un tel spectacle?

Oui, mais je me suis vraiment bien préparée. Denise Filiatrault était très exigeante; cependant, j’étais extrêmement travaillante, et je connaissais toujours mes textes et mes chorégraphies. Je me suis bien entendue avec elle. Elle m’a un peu prise sous son aile. Reste qu’il y avait un certain stress puisque c’était un premier rôle et que Chantons sous la pluie représentait le retour sur scène de René Simard… Nous avons joué la pièce au Théâtre St-Denis, et ça a super bien marché. J’ai parfois l’impression que je ne revivrai jamais quelque chose du genre.

Depuis, tu as eu l’occasion de prendre part à plusieurs productions. Laquelle t’a le plus marquée?

C’est difficile à dire, puisque chacune d’elles occupe une place particulière et m’a permis d’apprendre quelque chose. Je pense notamment à Chantons sous la pluie et à L’appart du 5e, avec Yan England et Sarah-Jeanne Labrosse, qui est devenue une grande amie. Mon personnage de Justine était mémorable, et j’ai conservé certains de ses meubles. Ce rôle est le premier que j’ai tenu à la télé. J’étais très gênée la première fois que je suis allée sur le plateau. Je ne connaissais pas les termes techniques et je n’osais pas le dire. J’observais les autres. Toutefois, à un moment donné, j’ai dû avouer mon ignorance, et tout le monde a été adorable avec moi. En plus de m’offrir mes premiers pas à la télé, L’appart du 5e m’a permis de faire connaissance avec le public jeunesse, que j’adore. Avec les jeunes, j’ai parfois l’impression d’être une vedette rock. La série m’a aussi permis de me rendre compte que l’expérience va au-delà de la fiction. Mon personnage n’avait pas beaucoup d’amis, et je recevais des messages de jeunes qui avaient le même problème. 

Cette année, le public adulte t’a découverte dans Une autre histoire et L’Échappée

Oui, et j’avais hâte que ça arrive. Je craignais un peu d’être cataloguée comme une actrice jeunesse. Même si j’adore ce public, je suis heureuse de faire aussi autre chose. 

Peux-tu me parler de ton expérience sur le plateau d’Une autre histoire?

Quand j’ai passé l’audition, j’étais particulièrement nerveuse, car je voulais vraiment le rôle. Ce n’est pas vraiment un rôle de composition: tout ce qu’est Karla existe en moi, même si nos univers sont très éloignés l’un de l’autre. Lorsque j’ai lu le scénario, j’ai compris le personnage; pourtant, après mon audition, je n’étais pas très fière. J’aurais voulu recommencer, mais on m’a remerciée et invitée à sortir. Je ne pensais pas obtenir le rôle. Quand j’ai su que je l’avais décroché, j’ai pleuré de joie! C’était un beau cadeau.

Qu’est-ce qui attend Karla la saison prochaine?

Elle sera encore en pleine tempête. Rien n’est jamais simple pour elle… Elle est porteuse du gène de la maladie d’Alzheimer, et c’est un très gros bouleversement, d’autant plus qu’elle est enceinte. Elle devra prendre des décisions importantes.

Samantha, ton personnage dans L’Échappée, est très différente…

Ce rôle était une belle surprise. Toute ma vie, j’ai rêvé de jouer une méchante. Je suis tellement contente! Lorsque je lis les com­mentaires des gens, je trouve ça drôle de voir à quel point ils sont impliqués. Ils détestent vraiment Samantha! Ce qui est intéressant, c’est qu’elle fait les choses par en dessous et que sa méchanceté n’a pas de limites.

As-tu d’autres projets?

Il y a Cochon dingue, une émission très intéressante qui m’a permis de faire de belles rencontres. 

Y a-t-il un rôle que tu rêves de jouer ou un projet qui te fait envie?

Je fais du doublage et de la surimpression vocale, et j’aimerais beaucoup prêter ma voix à un personnage de film d’animation. La scène me manque aussi. J’en ai peu fait depuis ma sortie de l’école.