Télévision / Reportages

Partager
«Présentation spéciale: The Outrageous World of Katy Perry»: un monde à part
Katy Perry © Jake Bailey

«Présentation spéciale: The Outrageous World of Katy Perry»: un monde à part

Samedi 12 juillet 21 h, Musique Plus

Alexe-Sandra Daigneault / TV Hebdo - 2014-07-08 15:46:35

Depuis son arrivée sur la scène musicale, au début des années 2000, Katy Perry a su s’imposer, grâce à son style espiègle, sexy et amusant. De fille d’évangélistes à superstar internationale, il lui a fallu parcourir bien du chemin avant de devenir l’idole qu’on connaît aujourd’hui. 


Depuis qu’elle a franchi le cap des 100 millions d’albums vendus dans le monde et reçu plus de 200 récompenses (dont 11 Grammy Awards), Katy Perry est devenue une sérieuse prétendante au titre de princesse de la pop. Si elle se mesure aux Lady Gaga, aux Beyoncé et aux Rihanna de ce monde, la jeune Californienne réussit à se démarquer grâce à sa pop bonbon accrocheuse et colorée, ainsi qu’à une ambition à toute épreuve.

Le documentaire The Outrageous World of Katy Perry nous fait découvrir, à travers le regard critique de cinq journalistes et auteurs américains, le parcours professionnel et personnel de cette artiste accessible et sympathique, depuis son enfance modeste jusqu’au succès glorieux de l’album Teenage Dream, en 2010.


Au bas de l’échelle

Fille de deux évangélistes stricts, Katheryn Elizabeth Hudson grandit en ayant un accès limité à la musique laïque, à la littérature et à la télévision. Inévitablement, la rébellion de l’adolescence l’amène à ouvrir son univers; Katy se met rapidement à chanter les succès de Queen, d’Alanis Morissette et de Pat Benatar.

Malgré son insubordination, ses parents sont obligés de constater qu’elle a du talent. Ils lui offrent donc des cours de chant et de guitare, qui lui permettront d’être remarquée par des rockeurs chrétiens de Nashville. Avec leur soutien, elle enregistre un premier album sous l’étiquette Red Hill Records en 2001, mais celle-ci fait faillite, et Katy doit recommencer à zéro.

Au cours des années qui suivent, elle déménage à Los Angeles et prend le nom de jeune fille de sa mère, Perry, afin de se dissocier de l’actrice Kate Hudson. Elle est successivement abandonnée par les maisons de disques Island Def Jam et Columbia, avec qui elle obtient un maigre succès dans la veine folk rock; cependant, Jason Flom, président de Virgin Records, convainc la toute nouvelle maison de disques Capitol Music Group de produire son prochain album, en 2007.

Le premier extrait de One of the Boys, Ur So Gay, est immédiatement encensé par Madonna et par Perez Hilton, qui favorisent la popularité grandissante de Katy Perry. Quelques mois plus tard, c’est la consécration: avec I Kissed a Girl, la chanteuse flirte avec le scandale tout en dévoilant le côté coquin qui contribuera à faire vendre l’album à plus de quatre millions d’exemplaires.


Une bonne fille

Même si I Kissed a Girl dérange un peu, Katy Perry ne compte pas offenser son large auditoire par de vulgaires démonstrations de sexualité ou de violence, et préfère miser sur son côté humoristique: en adoptant des costumes, des perruques et des accessoires colorés et enfantins, qui atteignent un point culminant à la sortie de l’album Teenage Dream, en 2010, elle fait autant plaisir à ses jeunes fans qu’à leurs parents.

Le tempérament rebelle de Katy Perry s’exprime peut-être davantage dans sa vie privée: son mariage avec Russell Brand, qui a pris fin en 2011, après 14 mois seulement, a révélé une Katy Perry plus indisciplinée qu’on ne l’aurait cru. Peu importe: son image soignée de gentille fille et sa personnalité sympathique lui permettent de décrocher des contrats tant au cinéma (Les Schtroumpfs/The Smurfs) qu’à la télé (The X Factor UK), et de collaborer avec de nombreux artistes de renom tels que Snoop Dogg, Kanye West et Timbaland.

Si le documentaire The Outrageous World of Katy Perry regorge d’informations sur la star, il se termine sur une question: après le succès de Teenage Dream, la chanteuse saura-t-elle se renouveler pour devenir un symbole de la pop comme Madonna? À en croire le récent (et immense) succès de Prism, où Katy adopte des thèmes musicaux et visuels plus sombres, il n’y a pas de doute qu’on connaît déjà la réponse!