Télévision / Reportages

Partager
«Prise 2 se souvient: La petite histoire»: Un humour audacieux
Pierre Brassard, Ghislain Taschereau et Jacques Chevalier. © Prise 2

«Prise 2 se souvient: La petite histoire»: Un humour audacieux

Samedi 1 août 19 h, Prise 2

Par Jean-Simon Messier / TV Hebdo - 2015-07-22 14:52:13

L’humour des Bleu Poudre était mordant. Les membres du groupe étaient aussi politiquement très incorrects. Mais c’est surtout Bob Binette, Ginet Robidoux, Dave Ash et Raymond Beaudoin qui ont marqué la télévision et l’humour québécois. Cette semaine, Prise 2 nous propose de replonger dans les souvenirs des trois humoristes. 




Pour l’occasion, Pierre Brassard, Jacques Chevalier et Ghislain Taschereau se sont réunis pour présenter leur propre sélection des meilleurs moments de Taquinons la planète. Aux images s’ajoutent les anecdotes de tournage ainsi que les idées ou événements à l’origine des sketches présentés à la télé. Les humoristes racontent également comment sont nés leurs plus célèbres personnages, et quelle était la clé de leur succès.


Des personnages marquants


Commençons par Ginet Robidoux, que Jacques Chevalier interprétait sans grande peur du ridicule. Robidoux aimait poser à des policiers des questions parfois impertinentes, mais toujours drôles. Au cours de ses Enquêtes Robidoux, le coloré personnage s’est buté à de multiples reprises à des portes fermées. C’est notamment ce que Jacques Chevalier raconte.

De son côté, Ghislain Taschereau, qui incarnait le savoureux Bob Binette, commente les retrouvailles entre ce fou frisé et son père. Quelle surprise avait eu le public en voyant le personnage en question incarné par le chef d’antenne Simon Durivage, une personnalité qui ne prêtait généralement pas à rire! Les patrons de la salle des nouvelles de Radio-Canada n’étaient pas très chauds à l’idée de voir leur animateur vedette, à l’image propre et sérieuse, dans un numéro humoristique de ce genre. Taschereau fait également un retour sur son personnage de Dave Ash, et ses fameux gants élégants.

Le titre du personnage le plus emblématique de la formation humoristique revient sans aucun doute à Raymond Beaudoin, l’irrévérencieux reporter. Pierre Brassard se remémore l’événement le plus marquant de Rrrraymond Beaudoin, celui de l’altercation avec l’ex-premier ministre Pierre-Elliot Trudeau. Brassard raconte les débuts de son personnage, qui a été un précurseur dans l’utilisation de l’égoportrait (selfie) grâce à son légendaire appareil Polaroid. C’est ainsi qu’il immortalisait ses cocasses entrevues sur le tapis rouge avec les vedettes. Parmi ses entretiens les plus mémorables, le public pourra revoir des extraits avec Anthony Kavanagh, Yvon Deschamps et André-Philippe Gagnon.


Un humour audacieux

Au fil des conversations, les ex-Bleu Poudre constatent que plusieurs de leurs sketches ne seraient pas tolérés aujourd’hui. Ils se remé­morent notamment une scène dans laquelle Ghislain Taschereau et Jacques Chevalier s’amusent au jeu vidéo Super Mohawk, diffusé pendant la Crise d’Oka. On peut y entendre des répliques telles que: «Quand tu ris de la police, c’est idéal, ça donne des points» ou: «Bon, il y a le premier ministre. Mais il se ferme les yeux, on va pouvoir passer.»


De vrais avant-gardistes

Les trois humoristes reviennent aussi sur un sketch réalisé avec la collaboration de Claude Quenneville, alors descripteur à La Soirée du hockey de Radio-Canada. «À l’époque, on commençait à peine à placarder les bandes de commanditaires au hockey [...], et notre réalisateur avait eu envie de montrer que la publicité prendrait de plus en plus de place», raconte Ghislain Taschereau.

On comprend donc que les trois comiques étaient très lucides et qu’ils dépeignaient un portrait assez réaliste de la société et du monde culturel et politique. L’extrait présenté montre un Claude Quenneville très volontaire, décrivant un match où chaque action sur la glace est associée à un commanditaire. Surréaliste!

L’émission fait partie d’une programmation spéciale au cours de laquelle la chaîne Prise 2 présentera également Taquinons la planète: la crème. Au programme: un montage des meilleurs moments de l’émission diffusée de 1992 à 1994.