Télévision / Plateaux

Partager
Secrets de plateau: «Les dieux de la danse» (finale de la saison 3)
Hommage à la féminité © Radio-Canada

Secrets de plateau: «Les dieux de la danse» (finale de la saison 3)

Un dernier tour de piste

Par Nathalie Slight/TV Hebdo - 2017-12-05 10:15:46

Fidèle à la tradition, la troisième saison de l’émission Les dieux de la danse se conclut par une fête haute en couleur. Ces réjouissances permettront aux artistes de sortir de leur élément pour nous offrir des prestations époustouflantes!



Dans les coulisses du studio, Jean-Philippe Wauthier est encore plus volubile que d’habitude. «Je termine ma troisième saison à la barre des Dieux de la danse, et la formule me semble aussi confortable qu’une paire de vieilles pantoufles! (rires) Cependant, dans cette émission spéciale, mon travail d’animateur est complètement différent de celui que j’effectue pendant la saison, ce qui amène inévitablement une bonne dose de fébrilité. Cette grande fête que nous offrons aux téléspectateurs aurait très bien pu s’intituler «Gala des Dieux», parce qu’il s’agit d’un événement haut en couleur et en émotion!» explique l’énergique Jean-Philippe Wauthier avant d’entamer la répétition.


Noël avant l’heure

Dans la salle de maquillage, Chantal Lamarre paraît détendue. «Aujourd’hui, Serge Denoncourt, Nico Archambault et moi n’avons pas à noter les prestations, nous n’avons qu’à apprécier le spectacle, une flûte de champagne à la main! Cet événement, c’est du bonbon, un cadeau de Noël anticipé!» souligne-t-elle avec enthousiasme.

Chantal assistera à la générale dans les coulisses, en compagnie de ses collègues juges. «Nous regardons toujours la répétition, mais c’est impossible de se faire une opinion, car cette performance n’est pas représentative de ce qui arrivera lors de l’enregistrement. Certains candidats sont éblouissants en répétition, mais craquent sous la pression lorsqu’ils arrivent devant le public. Le contraire est aussi vrai. Bref, chacun réagit au trac différemment!»


Swing et testostérone

Pascal Morrissette est un des garçons qui prendront part à un énergique et incroyable numéro de swing. «J’ai eu du plaisir à danser avec ma blonde (Julie Ringuette) cette saison, mais notre stress avant chaque chorégraphie était élevé, parce que nous n’étions que deux à prendre d’assaut le plancher de danse. Présenter un numéro avec les gars, c’est plus relaxant. Si je rate un pas, il y a quatre chances sur cinq que la caméra soit sur un autre danseur! (rires)»

Le vétérinaire et animateur Sébastien Kfoury, le comédien Maxim Gaudette, le chanteur Jérôme Couture et le comédien Éric Paulhus complètent l’équipe de danseurs. «Il s’agit d’une gang plutôt hétéroclite, mais nous avons un point en commun: nous sommes travaillants. Nous n’avons eu que trois rencontres pour monter ce numéro, mais nous sommes très complices, et notre plaisir est vraiment contagieux!» souligne Éric Paulhus.


Hommage à la féminité

Andréanne A. Malette est enchantée par la chorégraphie de baladi qu’elle présentera avec Frédérique Dufort, Madeleine Péloquin, Julie Ringuette et Roseline Filion. «Dès que nous avons mis les pieds dans la salle de répétition, notre chorégraphe nous a mises en confiance en nous expliquant que le baladi est une danse qui célèbre le corps de la femme. Apprendre à danser la bedaine à l’air toutes ensemble, ça crée instantanément des liens! À la fin du premier cours, nous étions assez à l’aise pour danser en soutien-gorge! (rires)»

Roseline Filion nous explique l’origine de cette danse traditionnelle. «Du temps des pharaons, les déesses de l’amour exécutaient la danse du ventre pour favoriser la fécondité. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut se prendre pour une déesse, et ça, on le doit aux Dieux de la danse!» conclut l’ex-plongeuse olympique.


Annie Brocoli et Félix-Antoine Tremblay dansent le merengue

Annie Brocoli et Félix-Antoine Tremblay (qui ont respectivement participé aux saisons 2015 et 2016 des Dieux de la danse) ont monté un numéro-surprise, spécialement pour le grand party. «Grâce à un partenariat entre Les dieux de la danse et Tourisme République dominicaine, Annie et moi nous sommes rendus sur cette île, à Santo Domingo, pour apprendre une chorégraphie de merengue. Ce soir, nous partagerons la scène avec 18 danseurs professionnels! Le fait de présenter cette chorégraphie avec Annie facilite les choses. Nous avons rapidement développé une belle complicité. J’ai un gros coup de cœur pour cette femme belle et gentille!» mentionne Félix-Antoine.


Le retour des gagnants

Marie Turgeon et Louis-Philippe Dandenault, les gagnants de la deuxième saison des Dieux de la danse, étaient visiblement heureux de renouer avec l’émission. «Lorsque nous avons reçu l’appel de l’équipe de production, nous pensions que nous présenterions un numéro avec d’autres gagnants. À la première répétition, surprise: il n’y avait que Louis-Philippe et moi!» raconte Marie en riant. «Je n’ai pas dansé depuis un an! Je suis un peu rouillé, d’autant plus qu’on exécute une ambitieuse chorégraphie de swing, inspirée de celle qu’on peut voir dans le film Le masque, avec Jim Carrey. Lorsqu’on est seul avec son partenaire sur scène, on peut camoufler un mouvement manqué, ce qui est impossible à faire lorsqu’on est accompagné de danseurs professionnels!» ajoute Louis-Philippe. «Chaque fois que je me présente sur le plateau des Dieux de la danse, il y a un moment où je me dis: “Mais pourquoi j’ai accepté de faire ça?” (rires) Puis, lorsque j’entends les premières notes de notre chanson, je plonge dans la chorégraphie, et j’oublie tout. Une fois notre prestation terminée, je n’ai qu’une seule envie: recommencer!» conclut Marie.


L'émission spéciale des dieux de la danse sera présentée jeudi à 20 h, à radio-canada.