Télévision / Reportages

Partager
Télé-prescription
Pas plus bêtes que nous, avec Jérémie Larouche. | Photo : © UNIS TV

Télé-prescription

Pour repenser notre lien avec les animaux de compagnie

Par Alexe-Sandra Daigneault/TV Hebdo - 2019-08-03 18:47:23

Si les Québécois sont les champions de l’abandon d’animaux en Amérique du Nord, c’est peut-être parce qu’ils ont du mal à s’entendre avec leurs amis à poils et à plumes. Afin d’inverser cette tendance, on s’informe avec les cinq émissions suivantes.

 


Remplir sa part du contrat

Certaines personnes n’ont aucun problème à se débarrasser de leur compagnon à la moindre contrariété, puisqu’elles sont convaincues que le refuge le plus proche lui trouvera vite une meilleure maison. Les épisodes de Refuge animal prouvent toutefois que ce n’est pas le cas, puisque le processus d’adoption d’un animal peut s’avérer aussi long que compliqué. En regardant l’animateur et humoriste Stéphane Fallu donner un coup de main aux employés du Centre animalier Pierre-de-Saurel, puis de la SPCA Roussillon, on réalise en effet qu’il faut beaucoup de ressources pour accueillir, évaluer, soigner et loger les animaux aptes à l’adoption, et pour leur trouver un nouveau foyer. Et c’est sans compter le traumatisme infligé à la pauvre bête, qui nous rappelle qu’une adoption est un contrat pour la vie…

(À TVA et sur Club illico)

Respecter les bêtes

On oublie souvent que nos animaux de compagnie ne sont pas des peluches, mais plutôt des bêtes qui ont gardé un lien fort avec leurs origines sauvages. Heureusement, l’émission Contact animal présente des documentaires fascinants consacrés à l’histoire et au comportement des animaux qui nous entourent. Lorsqu’on réalise que nos chiens, nos chats, nos reptiles et nos oiseaux ont évolué pendant des millions d’années afin de développer des techniques de chasse, de fuite et d’adaptation extraordinaires, on comprend vite qu’ils ne sont pas des jouets, mais d’importants représentants de la nature qui méritent tout notre respect, notre amour et notre admiration. 

(À Canal D)

Éviter la tentation

Pour résister à l’achat impulsif d’un animal de compagnie, lequel compte parmi les principales causes d’abandon, il n’y a que deux solutions: faire preuve d’une volonté de fer ou en apprendre plus sur notre nouveau coup de foudre. Dans les deux cas, on gagne à regarder Pas plus bêtes que nous, un magazine dans lequel Jérémie Larouche nous enseigne tout ce qu’on doit savoir sur le comportement des animaux. Avec son style ludique et ses invités fascinants, l’animateur et humoriste ne se contente pas de démystifier la vie des bêtes sauvages et domestiques: il nous fait également comprendre que tous les animaux ont des besoins et des personnalités uniques, et qu’il vaut mieux savoir ce qu’on fait avant de se lancer dans l’aventure de l’adoption. 

(À Unis TV)

Communiquer avec son animal

Lorsque leur chien se montre trop bruyant, énergique ou agressif, bien des maîtres finissent par se sentir impuissants avant de jeter l’éponge. Pourtant, il suffit de réviser nos méthodes de dressage pour obtenir des résultats renversants, comme le prouve l’éducateur canin Jean Lessard dans l’émission On s’aime en chien, où il vient en aide à des invités qui ont du mal avec leur toutou. Il observe d’abord le comportement problématique du chien pour en comprendre la source, puis propose au maître de nouvelles manières de ramener son esprit dans un état plus serein. Les techniques de renforcement positif de l’animateur nous enseignent ainsi à mieux décoder et à mieux répondre aux signaux envoyés par notre chien, ce qui ne peut qu’améliorer notre relation!

(À Radio-Canada et Explora, et sur Tou.tv)

Prendre  ses  responsabilités

On dirait que la cruauté animale est un concept un peu flou pour bien des Québécois, puisqu’en 2018 seulement, la SPCA de Montréal a ouvert 1500 enquêtes menant à 449 confiscations d’animaux domestiques. C’est à cette réalité que les constables Hynes, Simon et Dupuis font face dans SPCA en action, puisqu’elles interviennent dans des cas de négligence, de maltraitance et d’abandon pour la SPCA de Montréal. Bien qu’elles soient parfois confrontées à des maîtres cruels, les trois constables ont plus souvent affaire à des gens pauvres, malades ou mal informés, dont les intentions sont tout à fait louables. Voilà qui nous enseigne à quel point il est important de bien connaître les besoins de nos animaux, puisque nos bonnes intentions sont loin d’être suffisantes!

(À Canal Vie)