Télévision / Reportages

Partager
Tennis: Coupe Rogers 2013
Milos Raonic © Getty Images

Tennis: Coupe Rogers 2013

à RDS, RDS2, Sportsnet et TSN

Malik Cocherel / TV Hebdo - 2013-07-25 12:16:16

Cette édition 2013 de la Coupe Rogers s’annonce prometteuse. Entre les hommes à Montréal et les femmes à Toronto, c’est tout le gratin du tennis mondial qui s’affronte dans ce tournoi qui n’en finit plus de gagner en popularité... 




On a un peu tendance à l’oublier, mais la Coupe Rogers est, après Wimbledon et les Internationaux des États-Unis, le troisième plus ancien tournoi de tennis international.

Il existe depuis 1881 pour les hommes, et 1892 pour les femmes. Les hommes jouent à Montréal les années impaires et à Toronto les années paires. À l’inverse, les femmes jouent à Toronto les années impaires et à Montréal les années paires.

Cette année, ce sont donc les hommes qui se retrouvent au Stade Uniprix, à Montréal, alors que les femmes ont rendez-vous au Rexall Centre, à Toronto. Et, des deux côtés, on devrait voir de beaux spectacles.


Égalité Nadal-Federer

À Montréal, les 40 meilleurs joueurs du classement ATP ont confirmé leur présence. Parmi eux figurent bien sûr Rafael Nadal et Roger Federer (au moment où nous mettions sous presse, Federer avait confirmé sa présence, mais sa participation est maintenant improbable). Après leur élimination-surprise prématurée au tournoi de Wimbledon, les deux joueurs comptent bien se racheter à Montréal.

La Coupe Rogers constitue une préparation idéale pour les Internationaux des États-Unis de Flushing Meadows, qui ont lieu en août et qui sont le dernier tournoi majeur de la saison. Une victoire à Montréal pourrait aussi permettre aux deux joueurs de récolter 1000 points au classement de l’ATP, sachant que la Coupe Rogers s’inscrit dans la série Masters.

Nadal a déjà gagné à Montréal (en 2005) comme à Toronto (en 2008). Federer a lui aussi décroché deux victoires au Canada (en 2004 et en 2006), mais il ne s’est jamais imposé à Montréal.


Avantage Murray?

Outre le Suisse et l’Espagnol, il ne faudrait pas non plus oublier les deux derniers finalistes à Wimbledon: Novak Djokovic et Andy Murray, qui sont aussi les deux derniers joueurs à avoir inscrit leur nom au palmarès de la Coupe Rogers.

Murray l’a emporté en 2009 et en 2010, et Djoko a décroché la victoire en 2011 et en 2012. Le Serbe possède néanmoins une longueur d’avance sur l’Écossais, puisqu’il avait déjà gagné le tournoi en 2007, face à Roger Federer.

Mais Djokovic et Murray ne se sont jamais affrontés en finale de la Coupe Rogers. Auteur d’une victoire historique sur Djokovic en finale de Wimbledon il y a quelques semaines, Murray aura sans doute un avantage psychologique sur son adversaire s’ils devaient se retrouver face à face à Montréal...


Raonic à la relance?

D’autres joueurs pourraient néanmoins créer la surprise. On peut citer les noms de Juan Martin del Potro et de Jerzy Janowicz — demi-finalistes à Wimbledon —, qui seront aussi présents à Montréal. En d’autres temps, le Canadien Milos Raonic aurait aussi pu figurer parmi les favoris.

Mais, depuis son changement d’entraîneur, le joueur de Thornhill, en Ontario, qui a mis fin à sa collaboration avec Galo Blanco pour travailler avec Ivan Ljubicic, enchaîne les déconvenues.

«Le problème vient de moi», a pourtant assuré le meilleur joueur au pays, après son élimination dès le second tour à Wimbledon.

Raonic, 15e raquette mondiale, pourra-t-il enfin renverser la vapeur à Montréal, où il retrouvera une surface dure qui convient mieux à son puissant service? C’est tout le mal qu’on lui souhaite.


Du côté des femmes, la compétition s’annonce tout aussi relevée sur les courts du Centre Rexall de l’Université York, à Toronto. Et pour cause: 8 des 10 meilleures joueuses sur le circuit de la WTA, dont la numéro 1, Serena Williams et la numéro 4, Agnieszka Radwanska, vont poser leurs valises dans la Ville Reine.

Par ailleurs, alors qu’elle n’était pas, au départ, inscrite au tournoi, Marion Bartoli a reçu un laissez-passer (un privilège réservé aux joueuses ayant terminé la saison précédente parmi les 20 meilleures). La Française va ainsi pouvoir étrenner ses nouveaux habits de championne de Wimbledon à Toronto, ce qui est assurément une bonne nouvelle pour le spectacle.


L’irrésistible ascension d’Eugenie Bouchard

Outre Bartoli, la Québécoise Eugenie Bouchard, meilleure Canadienne au classement, a aussi reçu son laissez-passer. L’étoile montante de Westmount aura donc une carte à jouer au milieu du gratin du tennis mondial féminin.

Tout juste âgée de 19 ans, Bouchard fait déjà bonne figure au classement de la WTA, elle qui a grimpé du 66e au 56e rang après s’être hissée jusqu’au troisième tour de Wimbledon. Elle est désormais la deuxième plus jeune joueuse du Top 60, après l’Américaine Madison Keys (45e dans la hiérarchie mondiale).

À Toronto, Eugenie Bouchard aura donc l’occasion de poursuivre son irrésistible ascension dans l’élite, en attendant de pouvoir un jour, pourquoi pas, prétendre à la victoire finale. Pour mémoire, la dernière fois qu’une Canadienne avait inscrit son nom au palmarès de la Coupe Rogers, c’était en 1969, quand Faye Urban avait défait sa compatriote Vicky Berner...



L’horaire télé du 3 au 9 août

De lundi à vendredi, de 11 h à 23 h (sauf jeudi, de 11 h à 18 h et de 22 h 30 à 00 h 30), RDS
De lundi à jeudi, de 11 h à 17 h et de 19 h à 23 h, RDS2
De lundi à vendredi, de 11 h à 17 h et de 18 h à 22 h, Sportsnet