Télévision / Reportages

Partager
«Unité 9»: Retour imposé
Normand (François Papineau) aurait peut-être mieux fait de prolonger son congé encore un peu. © Véro Boncompagni

«Unité 9»: Retour imposé

Mardi 10 janvier 20 h, Radio-Canada

Par Annie Hogue/TV Hebdo - 2017-01-04 09:12:41

Normand Despins a réussi son coup en chassant Marie-France Caron du poste de directrice de Lietteville. Heureux de reprendre son poste et d’avoir gagné la bataille, il n’avait pas mesuré quelles pourraient être les conséquences de son retour. Marie, qui croyait avoir le pied dans la porte, devra pour sa part se montrer patiente... 

La finale d’Unité 9 en a surpris plus d’un. Durant tout l’automne, Normand Despins a planifié son retour, se heurtant chaque fois à Marie-France Caron, qui n’avait pas l’intention de céder sa place et qui souhaitait plutôt occuper le siège de directrice de façon permanente. Après que Normand l’eut piégée avec l’aide de son fidèle allié, Marco Choquette, Marie-France a fait ses boîtes et est partie sans faire de vagues. Normand a gagné, mais peut-il vraiment s’en réjouir?

Plus difficile que prévu

On reprend l’action deux jours après les événements de la finale d’automne. Le regard triomphant, Normand revient à Lietteville, où il reprend son ancien bureau et ses fonctions de directeur. «Dès le départ, on se rendra compte que le congé de Normand aurait peut-être dû être plus long. Il croit aller mieux, et physiquement c’est vrai, mais il avait sous-estimé la gravité du choc post-traumatique que peut entraîner une agression comme celle dont il a été victime», avoue l’auteure, Danielle Trottier.

Revoir son bureau, l’endroit même où Brittany l’a agressé, et retrouver ce milieu où le drame s’est passé aura des effets qu’il n’avait pas prévus. Normand a endormi ses malaises avec des pilules de toutes sortes et une grande quantité d’alcool, mais ce n’est pas un genre de comportement acceptable pour un directeur de prison. «Normand se sent vulnérable. Il est dans un état de panique latent, qu’il n’arrive pas à s’expliquer. Devant le personnel, il ne voudra montrer aucune faiblesse et aura tendance à devenir de plus en plus dur», indique l’auteure. Marie-France Caron était très appréciée des membres du personnel et encore plus des détenues. Le retour de Normand et son attitude à vouloir durcir les règles seront très mal accueillis. Rares sont ceux qui ont souhaité ce retour. Comment Despins pourra-t-il rallier le personnel et lui faire oublier Marie-France Caron?

Des comptes à rendre

Le départ précipité de Marie-France Caron est difficile à comprendre pour le Bureau régional. Pourquoi une femme ayant autant d’expérience, qui voulait obtenir sa permanence et qui semblait appréciée de tous, a-t-elle pu décider de quitter son poste en coup de vent, sans donner d’explications? Des questions seront posées, et Normand, ayant repris le contrôle, donnera des réponses. Racontera-t-il dans les détails ce qui s’est réellement passé ou essaiera-t-il de se donner le beau rôle dans cette histoire? Peu importe la version que choisira Despins, il pourrait bien avoir une oreille réceptive, puisque le dossier du Bureau régional sur Marie-France Caron s’avère plus volumineux qu’on aurait pu le penser.

Dossiers en suspens

Avant son départ, Marie-France s’est assurée de donner suite à certains dossiers qui lui tenaient à cœur. «Normand n’en revient pas de voir ce qu’elle a fait. Apercevoir sa signature au bas de documents officiels l’enrage. La sortie de Marie Lamontagne et le déménagement en unité de Brittany Sizzla sont deux dossiers que Marie-France a réglés avant de partir. Normand va s’y opposer et ralentir considérablement le processus», assure Danielle Trottier. Il semble que Marie a peut-être fait ses adieux et ses valises trop tôt. Le directeur n’a nullement l’intention de la laisser partir, du moins pour le moment. Quant à Brittany, elle a intérêt à s’installer confortablement au max, puisqu’elle n’est peut-être pas près d’en sortir...

La finale nous a aussi laissés sur l’arrivée à Lietteville de Mariposa, la fille de Bétina Selanes. «L’envoyer au trou comme on l’a fait est la procédure normale pour une femme qui arrive dans son état. On la laisse là le temps du sevrage. On doit éventuellement évaluer son état de santé général, et c’est alors qu’on s’apercevra qu’elle ne va pas bien du tout», révèle l’auteure. Où Mariposa sera-t-elle envoyée? Chose certaine, on la tiendra éloignée de sa mère le plus longtemps possible.