Télévision / Reportages

Partager
«Virages» (Début de la saison 2): La voix du coeur
Denise Filiatrault et Marie-Claude Barrette © TVA

«Virages» (Début de la saison 2): La voix du coeur

Lundi 6 juin 21 h, TVA

Par Marie-Hélène Goulet / TV Hebdo - 2016-05-18 15:35:50

Après avoir relevé le défi d’interviewer Céline Dion à Las Vegas, Marie-Claude Barrette est de retour pour une deuxième saison à la barre de la série documentaire Virages. Denise Filiatrault, Michel Barrette, Karine Vanasse, Gregory Charles et Guylaine Tremblay sont les personnalités qu’elle a choisi de mettre en lumière ce printemps.

 

Forte d’une première saison, Marie-Claude Barrette savait dans quoi elle s’embarquait avant de mener les cinq nouvelles entrevues de Virages. Elle était aussi très consciente de ce qu’elle attendait des artistes qui se confieraient à elle. «Comme ils avaient déjà vu l’émission, c’était plus facile de leur proposer d’y participer, car ils nous faisaient déjà confiance. Ils comprenaient aussi qu’ils devaient avoir envie de se livrer pour participer à Virages

Une femme de famille
En effet, à l’émission, il n’est pas question de se défiler, ce qui, de toute manière, n’est pas dans les habitudes de Denise Filiatrault. C’est avec beaucoup de franchise que l’actrice et metteure en scène a répondu aux questions de Marie-Claude dans la première émission de la saison. «J’ai trouvé Denise très vraie. C’est une femme de famille, et j’ai eu envie de faire ressortir ce côté de sa personnalité. Elle a été touchée chaque fois qu’on faisait référence aux siens. Cependant, ne vous attendez pas à ce qu’elle pleure; elle me l’a dit dès le départ qu’elle ne le ferait pas, et ça me convenait parfaitement. Je ne tiens pas à ce que les gens pleurent; je souhaite simplement qu’ils soient touchants», explique l’intervieweuse.

A-t-elle été intimidée par la «Grande Jaune»? «Pas du tout; au contraire, elle est charmante. À la fin de notre entretien, elle nous a même offert un verre, au maquilleur, à la coiffeuse et à moi. Puis, nous sommes allés souper au restaurant», raconte l’animatrice.

Des paroles et des silences émouvants

Même Karine Vanasse, qui reste habituellement plutôt discrète en entrevue, a ouvert son cœur à Marie-Claude Barrette. «Mon entretien avec Karine a été extraordinaire! J’en suis encore renversée. Vous allez voir une jeune femme qui s’ouvre complètement et qui laisse l’émotion l’envahir. Entre autres choses, vous allez apprendre qu’à l’âge de quatre ans, Karine a perdu sa jeune sœur de trois mois. On parle souvent du deuil des parents, mais c’est également intéressant de voir le drame dans la perspective d’une fillette. Je pense que le témoignage de Karine pourra guider certaines personnes qui sont aux prises avec cette douleur. Ça donne de l’espoir», affirme l’intervieweuse.

Si Karine Vanasse n’a pas l’habitude de parler de sa vie privée aux médias, d’autres sont beaucoup moins pudiques, notamment Michel Barrette. Est-ce un défi de mettre en lumière le côté plus mystérieux d’un être aussi loquace? «On ne sait pas tout de Michel Barrette, contrairement à ce qu’on pourrait croire. Ce qui m’a donné envie de m’entretenir avec lui, c’est qu’à 60 ans, il est en plein virage. Il est dans un moment charnière de sa vie, durant lequel sa famille prend le dessus sur tout le reste», raconte Marie-Claude.

Elle confie avoir été profondément émue quand elle lui a parlé de son père. «Il a laissé planer le silence. C’est drôle, parce que Michel, qui parle tant, est particulièrement émouvant quand il garde le silence», affirme-t-elle.

Des histoires importantes

L’an dernier, il était déjà question que Marie-Claude s’entretienne avec Guylaine Tremblay, mais la comédienne, archi occupée, n’avait aucun moment libre. Heureusement, l’intervieweuse a pu la rencontrer ce printemps. «Nous avons tourné l’émission à Québec. Guylaine a été très claire là-dessus: c’est dans cette ville qu’elle a vécu les grands virages de sa vie.»

Quant à Gregory Charles, Marie-Claude a été interpellée par son histoire lorsqu’il a participé à une émission spéciale de Deux filles le matin consacrée aux proches aidants.

Pour réaliser chacun des documentaires biographiques, Marie-Claude tourne une journée entière avec la personnalité qu’elle interviewe, en plus de rencontrer ses proches et de présenter des opinions d’experts. «Chaque jour de tournage est un immense défi», lance-t-elle, visiblement emballée.