Télévision / Reportages

Partager
«Votre beau programme»: Le retour de la reine (Début)
Véronique Cloutier © Radio-Canada

«Votre beau programme»: Le retour de la reine (Début)

Mercredi 11 janvier 21 h, Radio-Canada

Par Marie-Hélène Goulet/TV Hebdo - 2017-01-04 09:18:27

Après une pause consacrée à sa tournée humoristique, Véronique Cloutier est de retour au petit écran, à la barre de Votre beau programme. Véritable reine de Radio-Canada, l’animatrice prépare une émission de variétés unique pour divertir ses loyaux sujets! 

 

Véronique, quel est le concept de Votre beau programme?

J’aime dire que c’est un grand plateau de variétés dont la «colonne vertébrale» s’apparente au fil d’actualité d’un média social. Lorsqu’on regarde sa page Facebook, on éprouve plusieurs émotions en peu de temps. On est diverti, touché au point de vouloir partager et aider, etc. Votre beau programme sera un peu comme ça. L’émission comportera aussi des sketchs et des numéros de variétés. Nous voulons faire éprouver toutes sortes d’émotions aux téléspectateurs.

Est-ce un genre de mini Bye Bye hebdomadaire?

Pas du tout! Il n’y aura ni grandes transformations ni sketchs sur ce qui se passe dans l’actualité. Comme l’émission est enregistrée en direct, nous traiterons de ce qui m’aura touchée au cours de la semaine. Il y aura aussi des numéros préenregistrés. 

Avez-vous une équipe de comédiens maison pour participer aux sketchs?

Non, nous n’avons même pas de band. Nous maximisons l’espace et l’argent afin de présenter le contenu le plus varié possible chaque semaine. Il y aura des musiciens à l’occasion seulement.

Qui est à l’écran avec vous?

Chaque semaine, je reçois un invité pour lequel nous préparons des numéros. J’ai également un complice à l’écran: Jean-Sébastien Girard, de La soirée est (encore) jeune. Il n’est pas tout à fait un coanimateur, mais son rôle est plus important que celui d’un annonceur. Comme je suis de bonne humeur et que je rigole, il apporte un équilibre en posant un regard plus acide sur les choses.

L’émission est diffusée à 21 h. Est-ce parce que l’humour y sera moins «familial» que lors de vos émissions précédentes?

Non, il ne sera pas plus salé. L’émission est à 21 h simplement parce que c’est la case horaire que m’a offerte Radio-Canada. J’imagine que les dirigeants ne voulaient pas déplacer Les enfants de la télé (à 20 h) qui précède Votre beau programme, parce que l’émission fonctionne bien dans cette case.

Vous avez quitté la télévision à l’hiver 2014 pour faire une pause. Qu’est-ce qui vous a manqué?

De divertir les gens en m’adressant au plus grand nombre possible et de travailler avec une grosse équipe. En tournée, on échange avec une petite gang, alors que la télévision, c’est un véritable jeu de ping-pong d’idées en groupe. C’est normal que le petit écran ait fini par me manquer, car il est ma première passion. Je suis à l’aise et heureuse sur un plateau de tournage.

Iriez-vous jusqu’à dire que cette pause a duré trop longtemps?

Non, ça m’a fait du bien d’aller jouer sur d’autres terrains. Au départ, je ne m’ennuyais pas du tout de la télévision. Il a fallu un an et demi pour qu’elle commence à me manquer. Mais maintenant, je grafigne les murs, je n’en peux plus! Je crois que je vais grimper dans les rideaux avant que l’émission fasse ses débuts.

Qui recevrez-vous la première semaine à Votre beau programme?

Guylaine Tremblay, une fille que j’aime beaucoup et avec qui je m’entends bien. Mis à part quelques entrevues, c’est la première fois que je ferai un numéro avec elle. J’ai hâte! Elle représente l’énergie et la bonne humeur dont j’ai besoin pour lancer ma saison. Au cours des semaines suivantes, je recevrai Ricardo Larrivée et Antoine Bertrand.

À quel titre votre conjoint, Louis Morissette, participe-t-il à l’émission?

Il agit comme producteur par l’entremise de Kotv. Il a donc participé à l’élaboration du concept. Sans travailler avec notre équipe tous les jours, il vient régulièrement donner son point de vue. Cette semaine, il m’a dit qu’il fera peut-être aussi un peu de script-édition, alors qu’au début, il n’en était pas question. À mon avis, il voit à quel point on a du plaisir à préparer ce show-là et il est jaloux! (rires)