«Like-moi»: Une génération (trop) branchée