À l’orée de la banquise | Du plancton et des hommes