Cinéma / Nouvelles

Partager
«Dérapages»: le permis de conduire à 18 ans?
Paul Arcand © Marie-Claude Forest/ Agence QMI

«Dérapages»: le permis de conduire à 18 ans?

Isabelle Hontebeyrie / Agence QMI - 2012-04-17 09:31:43

C’était soir de première lundi le 16 avril à la salle Maisonneuve de la Place des Arts pour la présentation de Dérapages, le nouveau documentaire de Paul Arcand.

Projeté devant de nombreuses célébrités, dont Julie Snyder, Claude Poirier, Réjean Léveillé, les 14 participants de Star Académie et le jeune acteur Rob Naylor, Dérapages examine les accidents de la route dont sont victimes les jeunes.

L’animateur, qui a déjà réalisé deux autres documentaires, ne fait pas dans la dentelle avec Dérapages. Ce film puissant lance un message fort en donnant la parole aux jeunes et en recueillant des témoignages de responsables d’accident où la vitesse et l’alcool sont en cause ainsi que de victimes, marquées à vie. On y voit aussi des polytraumatisés, comme Mikael, dont le cerveau a été tellement endommagé qu’il n’est plus lui-même.

Interrogé par l’Agence QMI quelques minutes avant la présentation devant une salle comble de 1500 personnes, Paul Arcand a expliqué sa démarche. «L’actualité a été mon motivateur pour amorcer le projet. Je me suis rendu compte que les jeunes de 2010 étaient encore surreprésentés (dans les statistiques d’accident).»

En effet, en cinq ans, 2623 jeunes de 16 à 24 ans ont survécu à des accidents avec des blessures graves et 725 ont perdu la vie.

Un débat de société

Mais comment faire pour que les jeunes aillent voir Dérapages? Comme le soulignait la productrice Denise Robert, les Assurances générales des Caisses populaires Desjardins – qui ont contribué financièrement au long métrage – se sont offertes pour faire de la publicité dans leurs succursales.

«Des parents auditeurs m’ont dit qu’ils avaient l’intention d’emmener leurs enfants le voir», a ajouté Paul Arcand qui ne se fait pas d’illusion quant à l’envie, pour un adolescent, d’aller voir Dérapages plutôt que la nouvelle superproduction américaine.

«Mais un film a plusieurs vies», a-t-il indiqué, faisant allusion à sa diffusion sur le réseau TVA ainsi qu’à une sortie DVD. De plus, «de nombreuses écoles ont manifesté leur intérêt».

Les jeunes interrogés proposent des solutions dont, notamment, la hausse de l’âge d’obtention du permis de conduire à 18 ans. Interrogé sur son opinion personnelle sur le sujet, Paul Arcand a élargi le débat et a tendu la main aux parents.

«Ce n’est pas en mettant un couvre-feu ou en augmentant l’âge du permis qu’on va régler le problème, a jugé le réalisateur. Je pense qu’il y a une autre approche. Qui va mettre en place le couvre-feu? L’État? Est-ce une décision des parents que de dire que, pendant la première année de conduite, leur enfant doit rentrer à 11 h? Je pense vraiment que c’est plus ça. Il y a une limite à ce que l’État peut faire.»

De belles discussions entre parents et enfants en perspective... Dérapages prend l’affiche sur 60 écrans à travers le Québec dès le 27 avril.